Fauconnerie

Fauconnerie : Art ou métier ?

Fauves, mammifères marins, animaux sauvages ou encore oiseaux de proie, ces êtres sont tous capables de réaliser d’impressionnantes prouesses sous la direction d’un dresseur d’animaux qualifié. Un métier passionnant  sans aucun doute mais qui nécessite beaucoup de patience, courage et persévérance. Levons le voile sur l’un des métiers les plus convoités et le plus ancestral de tous : la Fauconnerie.

Un art ancestral

La fauconnerie est considérée comme un art à part entière, en effet, elle consiste à chasser ou capturer un gibier à l’aide d’un oiseau de proie dressé, et trouve son origine dans les hauts plateaux d’Asie Centrale pas moins de deux siècles avant Jésus-Christ. A la base réservée uniquement à la noblesse, la fauconnerie fait appel aux rapaces, notamment les faucons et plus rarement aux aigles royaux, pour capturer des proies trop rapides pour l’homme mais aussi trop volumineuses et dangereuses, comme par exemple, lapins, chevreuils, cerfs…

Cette discipline, qui s’est convertie au fils du temps en métier proprement dit, nécessite des qualités physiques et psychiques hors pairs, notamment, un bon équilibre (elle se pratiquait à la base sur les chevaux), mais aussi une concentration sans faille et une fabuleuse agilité.

La fauconnerie de nos jours…

Actuellement en France, on compte plus de 1000 fauconniers professionnels et quelques 500 amateurs, tous de vrais passionnés de la nature et des oiseaux de proie. A l’heure actuelle, il n’existe aucune formation ni diplôme pour devenir fauconnier, cependant, des stages auprès d’un fauconnier professionnel ou un maître fauconnier, en plus de quelques heures de formation dans une école de fauconnerie, ou l’on apprend à signer, affaiter et entrainer l’animal, seront nécessaire afin d’acquérir les éléments de base.

Ceci dit, il est essentiel de noter que le dressage est souvent complexe, le gestuel du fauconnier souvent vu comme facile, est particulièrement précis. Les rapaces, sont des êtres qui requièrent énormément de soin, d’attention et surtout le développement d’un lien particulier et profond avec l’animal.

La fauconnerie est pratiquée également dans deux autres domaines importants, l’effarouchage (dans les aéroports) et la démonstration publique (zoo, cirque, parc d’attraction…)

 

Crédit photo : le-perche

 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *