école de commerce à Paris

Etes-vous en quête d’une école de commerce à Paris ?

Si Paris est considérée comme le top des villes étudiantes en France, ce n’est pas pour rien. Avec environ 900 000 individus inscrits dans le supérieur, c’est de loin la ville qui accueille le plus grand nombre d’étudiants dans le pays, et elle regroupe plusieurs écoles de commerce de renom, d’ingénieurs mais aussi des arts et métiers. Voici une liste de 5 écoles de commerce et de management que vous pourrez intégrer dans la capitale française.

Ascencia Business School

C’est une école de commerce de management en alternance qui propose une filière complète sur 5 ans, du niveau bac à bac+5, débouchant sur des titres certifiés par l’Etat. Son projet de formation est structuré autour de trois principaux éléments : l’entreprenariat, le management du web, la culture de la responsabilité.

European School of Advanced Management (ESAM)

Les programmes de l’ESAM sont également accessibles à Toulouse et Lyon. Du haut de ses 30 années d’existence, elle fait partie des références françaises dans la formation aux métiers du management et son appartenance au Groupe IGS confère aux diplômés une bonne visibilité sur le marché du travail. Le programme offert par l’ESAM est reparti en 2 cycles : bachelor et master avec la possibilité de choisir parmi 4 spécialisations (management stratégique, entrepreneuriat, international management et ingénierie juridique des affaires).

Institut International du Commerce et du Développement (ICD)

Construit en 1980, l’ICD est aussi membre du groupe IGS. Ses programmes de formation post-bac sont accessibles également à Toulouse et les diplômes préparés sont reconnus par l’Etat. Plus de 70 universitaires partenaires dans le monde témoignent de l’importance de la dimension internationale de l’école qui propose 7 spécialisations dans les secteurs du marketing et du management.

Institut de Formation aux Affaires et à la Gestion (IFAG)

IFAG est un réseau composé d’une quinzaine de campus accessibles dans différentes villes françaises. Ses parcours sont proposés en formation initiale ou en alternance, mais il existe également des programmes de formation continue pour les professionnels et adultes. L’IFAG propose 3 diplômes : Bachelor « Responsable Projet et Développement », MECP « Manager d’Entreprise ou de Centre de Profit, bac+5 », MSc « Master Of Science International Business & Management (double diplôme).

IDRAC Business School

L’IDRAC n’est plus à présenter dans l’univers des écoles de commerce françaises, avec un demi siècle d’existence dans le domaine et une forte présence sur le territoire national (accessible dans 10 villes françaises). L’école de commerce à paris possède également deux campus à l’étranger (en Irlande et en Espagne) et entretient des relations solides avec pas moins de 85 universités partenaires dans une trentaine de pays. De quoi faciliter l’internationalisation des profils. Les différents programmes de l’IDRAC Business School sont : Bachelor, BTS, PGE, MBA et Master.

métiers informatiques à Montpellier

Informatique : le top 5 des métiers qui recrutent à Montpellier

Omniprésents et demandés dans tous les secteurs, les métiers de l’informatique connaissent une ascension fulgurante, notamment avec l’informatisation des outils de communication, d’enregistrement et de calcul des entreprises, fonction devenue indispensable à leur compétitivité. A Montpellier, le secteur informatique génère d’importantes opportunités d’emploi. Si vous êtes en quête d’une formation débouchant sur un métier qui ne connait pas le chômage, découvrez les principaux métiers qui recrutent à Montpellier !

Le chef de projet web technique

Chargé d’encadrer une équipe de développeurs, le chef de projet web technique veille à trouver des solutions aux problèmes de nature technique, tout en respectant le cahier des charges et à établir les spécificités techniques, les plannings et les budgets appropriés. Idéalement accessible après une formation bac+3 ou bac+5, le métier donne lieu à des rémunérations échelonnées entre 2 900 et 4 300 euros.

Le Traffic Manager

Le Traffic Manager est chargé au sein d’une entreprise d’assurer la commercialisation des produits et des services sur le web. Il crée des campagnes publicitaires tout en assurant leur gestion et en veillant à leur bon fonctionnement, en vue d’optimiser la visibilité et la rentabilité de son entreprise. Le Traffic Manager est un métier peu connu, et peu d’étudiants le choisissent pour en faire carrière, c’est pourquoi les lauréats ne trouvent pas de mal à décrocher un emploi. Les formations informatiques à Montpellier débouchant sur ce secteur sont aussi nombreuses que les sociétés en recherche des Traffic Managers.

Le métier d’ingénieur informaticien

Principal métier du secteur d’informatique, la fonction d’ingénieur informaticien est la carrière la plus importante à atteindre après des études en informatique. Les filières de l’informatique attirent à elles seules plus de 16% des effectifs des formations d’ingénieurs. Selon sa spécialité, l’ingénieur informatique peut intervenir dans les domaines des systèmes d’information, dans la gestion des réseaux et télécoms et dans les domaines de l’informatique industrielle.

Le spécialiste du Cloud Computing

Nouvelle tendance qui promet un bel avenir selon les spécialistes du secteur, le Cloud Computing permet aux entreprises de stocker leurs données du web non plus sur leurs ordinateurs, mais ailleurs, leur donnant un accès facile aux contenus via internet, même en cas de panne informatique dans la société. Très recherchés, les spécialistes du Cloud Computing travaillent sur le stockage des données de la société en dehors de l’entreprise et assurent l’accès sécurisé à ces contenus depuis des mobiles, des tablettes ou des postes de travail.

ventes sur Internet

Le e-commerce français en quelques chiffres (exercice 2016-2017)

Le secteur de l’e-commerce se porte bien en France, la preuve avec ces chiffres clés du secteur lors de l’exercice de 2016-2017, publiés par la FEVAD, en marge de la 6ème édition des Enjeux E-commerce. Décryptage !

Les ventes sur Internet en forte progression

Le rapport en question s’est penché sur le e-commerce selon deux typologies distinctes, à savoir les particuliers et les professionnels.

Au niveau de l’e-commerce pour les particuliers, on note une nette progression des ventes sur Internet (+15%) en douze moi. La valeur des transactions effectuées en ligne est estimée à 1,029 milliard, soit une hausse de 23% par rapport à l’année 2015. Le mobile aussi est très sollicité pour les opérations en ligne, le pourcentage d’achats effectués via ce canal est passé à 16%, soit 11,2 milliards d’euros sur les 72 milliards de chiffre d’affaires réalisés.

Pour résumer le tout, 36,6 millions de français ont utilisé Internet pour faire leurs achats, dont 1/4 sur mobile. Tous les voyants sont donc au vert dans un secteur en constante mutation.

Plus de 200 000 sites e-commerce actifs en France

Au niveau des plateformes e-commerce accessibles en France, l’étude fait état d’un peu plus de 204 000 sites marchands actifs sur le territoire national depuis 2016, soit environ 20 000 nouveaux sites en l’espace d’une année. Le top 5 de sites et application e-commerce les plus visités en France, selon Internet Global, envoie un peloton de tête composé de Amazon, Cdiscount et Fnac, suivis par Voyages SNCF et Vente-privée.

Au niveau de l’emploi, 52% des sites leaders ont augmenté leurs effectifs en 2016 et 48% d’entre eux avaient prévu une augmentation en 2017. Inutile donc de dire si le secteur a encore de beaux jours devant lui, les opportunités d’embauches sont réels et le seront aussi longtemps que l’univers du numérique continuera d’évoluer. Suffisant pour envisager une formation e commerce, dans le cadre des études supérieures, non ? En tout cas, le choix parait judicieux.

architecte d’intérieur

Les jeunes d’aujourd’hui et le métier de l’architecte d’intérieur

Le métier d’architecte d’intérieur n’est plus à présenter aujourd’hui. Grâce aux émissions télé qui font intervenir des professionnels de ce métier, les jeunes ont eu l’occasion de découvrir la beauté du métier et à quoi une architecture d’intérieur peut servir. En effet, de manière superficielle, l’on peut dire que l’architecte d’intérieur s’occupe de l’aménagement des espaces publics ou privés, en jouant sur les volumes et les couleurs. C’est une profession très appréciée par les jeunes intéressés par le domaine de l’architecture et qui désirent associer à leur créativité, la maîtrise des techniques dans le domaine pour faire ressortir du beau dans le but de satisfaire la clientèle. Mais, comment accéder au secteur d’activité ? Focus.

Une panoplie de formations accessibles

Suivre une etude d’architecte d’interieur vous conduit vers un domaine assez diversifié qui touche à plusieurs secteurs, dans l’industrie, le commerce, l’informatique industrielle, le BTP ou encore l’urbanisme. Les débouchés professionnels sont aussi nombreux que réels, des opportunités se présentent chaque année, en quantité importante.

Cursus et programme d’architecte d’intérieur

Pour rappel le métier d’architecte et différent de celui d’architecte d’intérieur. Si le premier nécessite des formations et parcours spéciaux, il n’y a pas un diplôme obligatoire pour exercer le métier d’architecte d’intérieur. Ci-dessous quelques formations proposées dans les écoles dédiées à l’architecture intérieure :

  • BTS design graphique ;
  • BTS arts appliqués ou art plastique ;
  • BTS design d’espace ;
  • Bachelor en décoration ou architecture d’intérieur ;
  • Bachelor urbanisme ;
  • Licence pro architecture d’intérieur ;
  • Master design ou architecture d’intérieur ;
  • Diplôme supérieur d’art…

Quelques métiers accessibles après des études d’architecture d’intérieur

On le répète, les débouchés sont très variés après les études dans le domaine de l’architecture intérieure. Les diplômés issus de ce parcours peuvent prendre aux métiers suivants :

  • concepteur de décors dans l’audiovisuel ;
  • responsable de la scénographie dans des événements ;
  • chef de projet pour une collectivité : aménagement d’école, bibliothèque, etc. ;
  • décorateur pour les particuliers ;
  • agenceur de cuisine ;
  • étalagiste ;
  • responsable d’une exposition et de son aménagement…

Cependant, pour ceux qui souhaitent devenir chef de projet, il faudra aux candidats au minimum un diplôme national ou un DSSA (équivalent de bac+4/5), qui permet d’acquérir les compétences fondamentales de la gestion, la finance, le management, etc.

bts vs dut

DUT vs BTS : les ressemblances et les différences

Les formations de courte durée après le bac attirent de nombreux lycéens, dans le cadre d’une insertion professionnelle rapide après le supérieur. Les plus populaires sont les DUT et les BTS qui sont proposées dans plusieurs spécialités (bts nrc, muc, dut gea, informatique…) et qui ont le plus souvent des débouchés communs.

Cependant, il arrive très souvent que les jeunes aient l’embarras du choix entre un BTS et un DUT. Notre article guide vous permet de mieux comprendre les deux formations, afin de faire le choix qui vous convient le mieux.

De nombreuses ressemblances entre les deux formations….

Ces deux formations se font chacune sur 2 années post bac et sont accessibles à tous les bacheliers sans distinction de filière, après une sélection des dossiers de candidature et des entretiens de motivation voire des tests. Leur obtention laisse aux diplômés le choix d’entamer leur carrière professionnelle ou de poursuivre leurs études. Les débouchés professionnels sont nombreux de part et d’autre, autant que le sont les possibilités d’études après : bachelor, licence pro et/ou en master, concours d’admissions parallèles dans les grandes écoles de commerce

Ce sont des cursus qui allient un enseignement soutenu (volume horaire important), la pratique sur le terrain via des stages obligatoires en entreprise qui soutiennent la visée professionnelle de ces cursus qui peuvent également être suivies en alternance.

Mais des différences aussi

D’abord, le BTS est un diplôme qui se prépare dans les grandes écoles, dans les lycées et les centres d’apprentissage. Alors que le DUT est un diplôme universitaire préparé dans les universités ou des IUT. Ensuite, le DUT met beaucoup plus l’accent sur la théorie, prépare plus donc à la poursuite des études contrairement aux BTS qui sont plus concentrés sur la pratique et conçus pour former des diplômés opérationnels pour le marché du travail à bac+2. De plus, le BTS est globalement plus accessible que le DUT qui est plus sélectif. Enfin,  pendant la formation BTS, l’encadrement est plus personnalisé et accentué avec un effectif plus réduit qu’en DUT.

 

Crédit photo : NWABR

Assistant de publicité

Devenir Assistant de publicité/communication avec BTS en communication

La communication est une fonction liée à tous les secteurs d’activité et qu’on retrouve dans tous les types d’organisation. En effet, il existe un lien très étroit avec certains domaines tels que la publicité, le marketing et le management, ce qui offre de nombreuses opportunités pour les jeunes diplômés. Les universités et écoles en France proposent aux jeunes bacheliers des formations de courte durée en communication qui leur permettent d’accéder rapidement au monde du travail.

Le BTS communication est un diplôme post-bac qui se prépare en 2 ans et qui nécessite un stage pratique en entreprise pour être validé. La formation est beaucoup professionnalisante, elle prépare à la mise en œuvre des opérations de communication sous ses différentes formes (publicitaire, événementielle, relationnelle), dans le cadre de campagnes commerciales, institutionnelles, sociales ou publiques… Les débouchés du parcours sont aussi nombreux que variés. Découverte du métier d’Assistant de publicité/communication.

Zoom sur la profession d’Assistant de publicité/communication 

Le métier d’assistant publicité fait donc partie des nombreux débouchés d’un bts communication. C’est l’un des métiers très appréciés des jeunes diplômés dans le secteur. Concrètement, l’assistant en publicité est un professionnel qui aide l’équipe de publicité en charge de la préparation d’une campagne de publicité ou de communication. Il a pour tâche d’établir un cahier des charges à partir d’une commande reçue, tout en suivant des consignes claires, avant  de faire un devis une fois la planification des étapes de réalisation du projet terminée, ainsi que la prévision du matériel nécessaire et l’estimation des coûts de chaque opération. Il collecte, actualise et organise toutes les informations relatives à un projet, les diffuse sur des supports dédiés et procède enfin à leur archivage. Aussi, l’assistant en publicité/communication participe à la création d’un avant-projet, à l’élaboration des supports de communication virtuels ou physiques et de la maquette qui sera proposée au client. Cela peut être un logo, un décor, un mail, un texte et il s’assure que la réalisation correspond bien à l’idée de base. Enfin, Il assure le suivi et la diffusion de l’outil créé.

Ce qu’il faut à un Assistant de publicité/communication pour réussir ses missions

Retenons qu’il s’agit là d’un métier assez passionnant qui nourrit très bien son homme, puisque les salaires, variables d’une entreprise à une autre, sont toujours intéressants, même pour les débutants.

Toutefois, c’est un métier assez exigeant qui demande beaucoup de qualités, aussi bien sur le plan professionnel qu’humain. L’Assistant de publicité/communication doit par exemple maîtriser à la perfection les outils bureautiques et des logiciels spécialisés dans la publicité. Aussi, il doit être en mesure d’aller à la pêche à l’information et disposer d’un bon esprit de synthèse pour conserver les données les plus utiles. Outre, son excellente capacité de rédaction, son bilinguisme ou encore sa connaissance de l’univers de la communication et du marketing, il doit être un fin négociateur, disposer d’un excellent relationnel, prévoyant et surtout à l’écoute de ses collaborateurs. C’est le secret de la réussite en communication, dit-on.

études supérieures à Lille

Les études supérieures et l’intérêt de choisir Lille

La ville de Lille attire, aujourd’hui, beaucoup de jeunes gens désireux de poursuivre les études après l’obtention du baccalauréat. Et compte tenu de certaines caractéristiques de la ville, on se rend bien vite compte pourquoi.

Et si ce n’est qu’au 19e siècle que la vocation académique de Lille va s’affirmer, la ville est aujourd’hui classée 3e pôle éducatif après Lyon et Paris, grâce à son dynamisme, sa qualité de vie et de l’enseignement. Un cadre de vie et d’études agréable autant qu’il est stimulant pour les étudiants. 3 universités de renom s’y sont réfugiées, en plus de nombreuses grandes écoles supérieures privées (écoles d’ingénierie, de commerce et management…) dont une grande majorité jouit de la reconnaissance de l’Etat et du monde professionnel. Les établissements les plus fréquentés par les nouveaux bacheliers surtout sont les écoles de commerce.

Pourquoi intégrer une école de commerce aujourd’hui ?

Pour plusieurs raisons. La plus évidente demeure toutefois l’amélioration de l’employabilité des diplômés. En effet, de par leur pragmatisme et la relation étroite qu’elles entretiennent avec les entreprises, les écoles de commerce offrent un contenu pédagogique le plus souvent axé sur les besoins évolutifs du monde professionnel. Ce qui permet de former des profils opérationnels prêts à l’emploi dès la sortie des bancs. Aussi, la place accordée à l’international dans ces écoles en fait des lieux où les recruteurs n’hésitent pas à aller piocher les profils de diplômés idéaux pour faire face aux enjeux du contexte économique actuel.

Enfin, les métiers du commerce sont nombreux et très diversifiés, couvrant un large panel d’activités professionnelles. Les écoles préparent des diplômés polyvalents qui n’auront pratiquement aucun mal à se fondre dans leur environnement de travail, peu importe le secteur d’activité.

Suffisant pour penser à une école de commerce à Lille dans le cadre des études supérieures, non ?

Pour valider une double compétence ?

A chacun son projet de formation. Pendant que certains se lancent dans des formations généralistes, après le bac, d’autres visent une spécialisation spécifique tout de suite. Ainsi, un étudiant dont le souhait est de travailler dans le secteur des nouvelles technologies fera bien d’intégrer une école disposant d’une spécialisation dans ce domaine. Cependant, certains établissements de commerce vont jusqu’à proposer des doubles spécialisations comme  la double compétence technico-commerciale ou technico-managériale.

écoles de finance

Les écoles de finance pour le développement des entreprises

Que vous aspiriez à intégrer la filiale d’une multinationale ou bien que ce soit le monde des PME, des collectivités territoriales ou encore des établissements publics qui vous attire, les écoles de management ou de gestion vous doteront du socle des connaissances nécessaires à pareille entreprise.

Une ouverture vers de nombreux métiers

Intégrer le conseil d’administration ou travailler directement avec le PDG d’un groupe, tels sont les enjeux qui vous attendent après une formation en Management et Développement de l’entreprise dans une école de finance puis une expérience de plusieurs années. Avec un rôle à forte autonomie, chacun pourra trouver sa voie et atteindre une strate du monde de l’entreprise différente, en fonction de ses capacités, de ses centres d’intérêt, mais aussi de ses motivations. Il pourra en effet s’agir aussi bien de la fonction de chef de produit, de consultant en organisation et stratégie, de directeur régional, de responsable marketing ou même de secrétaire ou délégué général.

En effet, suivre une formation en école de finance permettra aux individus les plus motivés d’atteindre leurs objectifs de carrière tout en bénéficiant d’un enseignement de qualité.

Les formations des écoles de finance

Si les écoles de finance permettent de former des professionnels polyvalents, c’est avant tout parce que les formations qu’elles proposent sont diversifiées. On trouvera ainsi aussi bien des Bachelors Professionnels en 3 ans, des cycles Mastères professionnels, des MBA spécialisés, des programmes Grandes Écoles,  en formation en alternance ou en formation continue. La plus grande force de ces écoles, c’est d’abord la possibilité offerte à chacun d’atteindre ses objectifs professionnels à condition de persévérance, de force morale et de passion pour le travail. Autant de points qui ne sont pas à la portée de tous, et qui ne manqueront pas d’être appréciés dans votre futur professionnel !

Cyber Sécurité

Expert en sécurité informatique : un profil rare très sollicité

S’il y avait un métier réservé aux génies, ça serait bien celui de la sécurité informatique. Le secteur du numérique est loin d’être un monde sécurisé, il y a toujours un risque de piratage, d’espionnage ou de sabotage dans un monde de l’entreprise où l’information est la clé de tout. Pour se mettre à l’abri et minimiser les risques d’exposition, les entreprises font recours au service d’un expert en sécurité informatique, un métier de plus en plus demandé surtout dans un contexte concurrentiel où tous les coups sont permis. Zoom sur l’un des profils les plus sollicités actuellement par les entreprises.

Les prérequis pour devenir expert informatique

Une carrière d’expert en sécurité informatique, ça se prépare depuis le lycée par le choix d’une orientation scientifique car les cursus informatiques sont réservés aux bacheliers scientifiques et techniques. Alors, si vous désirez un jour jouir d’une carrière dans la sécurité informatique, soyez surtout assidu dans les disciplines scientifiques. En plus, l’expertise informatique est un cursus qui se prépare généralement au niveau bac+5, et l’accès à ces masters est conditionné à l’obtention d’un bac+3 correspondant.

Les formations pour devenir experts en sécurité informatique

Un diplôme de niveau bac+5 est le minimum requis par les entreprises pour un poste de responsable de sécurité informatique. Actuellement, il existe des parcours bac+5 en Sécurité de Système informatique avec des masters spécialisés ou professionnels disponibles au niveau des universités, des écoles de commerce, des écoles d’ingénierie ou des établissements de formations en informatique. Toutefois, il faut bien s’informer car rares sont les écoles qui offrent les spécialités en cyber sécurité.

Débouchés et perspectives professionnelles

Avec la complexification des systèmes informatique et l’avancée de la cybercriminalité, la cyber-sécurité est devenue un enjeu stratégique et concurrentiel chez les entreprises. Et actuellement plusieurs secteurs font recours  aux experts informatiques. Parmi les secteurs qui allouent les plus grands budgets à la sécurité informatique il y a l’armée, le secteur informatique, les entreprises pharmaceutiques, la télécommunication, l’administration, le renseignement, etc. Avec un salaire brut de près 2 800 euros, les experts informatiques font partie des cadres les mieux payés.

formation permis poids lourd

Devenir chauffeur poids lourd : tout savoir sur le permis C

Plusieurs catégories de permis de conduire ont été instaurées par l’Etat dans le but de classer les conducteurs, et surtout dans l’objectif de limiter les dangers sur les routes. Si le classique revient à la catégorie B, la conduite d’un poids lourd destiné aux transports de biens et de marchandises requiert la possession d’un permis C. Mais en quoi consiste exactement ce permis C ?

Le permis C, c’est quoi ?

La conduite d’un poids lourd qui sert à véhiculer les biens et les marchandises d’un point à un autre, nécessite un permis C. Cette catégorie s’adresse uniquement aux véhicules ayant un PTAC allant au-delà des 3 500 kg, avec ou sans remorque de moins de 750 kg. Pour une remorque dont le poids total autorisé en charge excède le 750 kg, un permis CE est exigé.

L’utilisation du permis B a été élargie suite à la loi Macron qui stipule que les détendeurs de cette catégorie peuvent conduire les appareils et les véhicules forestiers et agricoles. Quoique la vitesse ne doit pas aller au-delà des 40 km/h. Les utilitaires font pareillement partie des véhicules que les possesseurs de permis B peuvent conduire.

Sa validité

Le permis C est valide pendant une certaine durée :

  • 12 mois pour les seniors de 76 ans et plus
  • 24 mois pour les gens âgés de 60 à 76 ans
  • 5 ans pour les individus de moins de 60 ans

Lorsque son expiration approche, son renouvellement s’impose. Pour ce faire, une demande doit être instruite auprès de la préfecture. Afin d’éviter les éventuels soucis, cette demande doit être faite bien avant l’expiration de la validité.

Les conditions relatives à l’obtention d’un permis C

Pour prétendre au permis C, les critères suivants doivent être respectés :

  • être titulaire du permis B
  • être âgé de 21 ans, ou plus

Outre le respect de ces conditions, un examen médical, réalisé par un médecin collaborant avec la préfecture, s’impose également. Toutefois, la condition relative à l’âge peut être dérogée pour ceux qui suivent une formation professionnelle. Le permis C1 est accessible à ces apprentis dès l’âge de 18 ans.

Les examens à passer

Les candidats doivent réussir les épreuves de code, mais aussi des examens « en circulation » et « hors circulation ». La réussite aux épreuves du code est obligatoire sauf pour ceux qui les ont déjà passées récemment, c’est-à-dire que le précédent examen a eu lieu depuis moins de 5 ans. Elle n’est plus nécessaire pour les titulaires d’un permis de conduire de moins de 5 ans.

L’épreuve hors circulation, elle consiste en un test oral, en une vérification de la sécurité, en un test écrit et en un parcours sur plateau. Chaque opération et chaque réponse sont notées. Au minimum, 16 points doivent être obtenus pour pouvoir continuer à l’examen suivant.

Quant à l’épreuve en circulation, elle revient à vérifier le savoir-faire du candidat lorsqu’il est au volant, et aussi sa façon d’appréhender chaque situation.