ecole de commerce icd

5 conseils pour réussir les concours en école de commerce

Pour intégrer une école de commerce, il faut souvent passer par la case concours. Bête noire des apprenants, le concours peut intimider, voire stresser, car sans ce sésame, il est impossible d’intégrer l’école de ses rêves. Afin de réussir votre concours, nous vous donnons quelques tips de préparation. Ces trucs et astuces vous permettront d’aborder plus sereinement les épreuves des concours. Voici nos quelques conseils pour réussir les concours en école de commerce. 

#1 Anticiper

On ne le répètera jamais assez, la clef du succès pour réussir votre concours est l’ANTICIPATION ! S’y prendre à l’avance vous permet de connaître le déroulement des épreuves, mais aussi les phases d’admission et d’inscription. Prendre connaissance de toutes ces formalités permet de diminuer votre stress et de vous focaliser sur les diverses étapes du concours sans pression. Véritable marathon d’épreuves, le concours nécessite une préparation intense et rigoureuse.

#2 Préparer les épreuves

Pour réussir votre concours d’entrée en école de commerce, nous vous conseillons de bien vous informer sur les épreuves. Il est primordial de connaître leur contenu, leur coefficient et leur durée. Une fois ces renseignements pris, vous pouvez aussi prendre contact avec des anciens candidats afin de connaître le déroulement des épreuves. 

En ce qui concerne votre apprentissage, la clef du succès est de vous entraîner. Pour ce faire, vous pouvez réviser avec les annales, vous faire des fiches ou encore des tests. Il est également important de vous chronométrer car souvent c’est le temps qui fait défaut aux candidats lors des épreuves. Pour ne pas tomber dans ce piège, munissez-vous d’une montre !

A lire : Comment bien choisir son école de commerce à Lyon

etudiants en école de commerce

#3 S’entraîner à l’entretien individuel

Épreuve clef des concours, l’entretien individuel n’est pas à négliger. Si votre rêve est d’intégrer une International Business School à Paris ou à Toulouse, vous devez vous préparer à l’entrevue orale. Comme si vous passiez un entretien d’embauche, vous devez décrire votre personnalité ainsi que votre projet professionnel, mais aussi les valeurs de l’école visée et sa pédagogie. De plus, vous devez penser à faire le lien entre vous et la business school. Pour vous préparer aux entretiens, vous pouvez faire des simulations avec vos proches (amis, camarades de classe, parents…), mais n’en oubliez pas votre naturel et votre spontanéité. 

Tips : lors des oraux, nous vous conseillons de choisir une tenue sobre dans laquelle vous êtes à l’aise. 

A lire : ICD : une référence dans la formation au commerce international

#4 Suivre l’actualité

Lors d’un concours, et notamment lors des épreuves orales, il est possible que l’on vous pose des questions en rapport avec l’actualité. Savoir y répondre est un véritable atout car le jury constate que vous possédez une vaste culture générale et vous intéressez aux enjeux sociétaux. En somme, vous êtes un jeune ouvert sur le monde qui porte son intérêt sur le monde qui l’entoure. Suivre régulièrement l’actualité peut également vous servir lors d’éventuels QCM ou pour citer des exemples lors d’une dissertation. Que des avantages, n’est-ce pas ? 

#5 Faire appel à un professionnel

Recourir à un professionnel pour la préparation de votre concours est une bonne idée qui permet à l’apprenant d’être accompagné dans sa démarche. Votre professeur a pour mission de vous préparer aux concours aussi bien psychologiquement que physiquement. Il est là pour vous faire passer des tests, vous transmettre son expérience, vous donner des astuces et vous aider à réviser. Il est là pour que votre motivation soit toujours au top et ce malgré l’intensité de la phase d’apprentissage d’un concours. Grâce à lui, vous acquérez des réflexes de méthodologie et mémorisation et vous confrontez aux épreuves qui vous inquiètent. 

Mettez toutes les chances de votre côté grâce à ces quelques conseils !

formation informatique

Quelle filière choisir pour travailler dans l’informatique ?

Vous souhaitez faire carrière dans le domaine passionnant de l’informatique ? Ce choix est particulièrement judicieux, ce domaine présente en effet une très large variété d’opportunités professionnelles et il est considéré comme l’un des plus dynamiques en France en matière d’emploi. En outre, il est possible de suivre plusieurs parcours de formation afin d’accéder au poste de vos rêves !

Le secteur de l’informatique en France

L’informatique est un secteur d’activité en constante évolution. Certains métiers restent des incontournables tandis que d’autres émergent afin de faire face aux nouveaux enjeux, comme pour l’intelligence artificielle, la data, le Cloud, la cybersécurité… C’est pourquoi les écoles et les centres de formation proposent aujourd’hui des formations spécialisées pour les métiers de l’informatique.

Les recrutements sont ainsi en hausse constante. Selon l’Apec, un cadre sur cinq en 2018 a été recruté dans le secteur informatique. En outre, plus de 17 000 postes de cadre ont été créés, ce qui représente 23 % des créations d’emploi de cadre au niveau de l’ensemble du pays. Selon cette croissance, les prévisions d’embauche pour l’année 2020 étaient de 67 000 cadres.

Quel parcours de formation suivre pour faire carrière dans l’informatique ?

Il existe de nombreuses possibilités pour travailler dans l’informatique. Votre parcours est à déterminer selon vos objectifs professionnels. Vous pouvez ainsi intégrer le marché de l’emploi tout aussi bien après un Bac+2 ou encore un Bac+5.

Quel Bac choisir ?

Vous pouvez tout à fait suivre un Bac général, d’autant plus que depuis la réforme, vous avez un socle d’enseignements communs ainsi que des enseignements de spécialité. Vous devez ainsi choisir trois spécialités en 1ère puis deux en Terminale. Pour ébaucher les prémices de votre parcours dans l’informatique, vous pouvez opter pour la spécialité « Numérique et Sciences Informatiques », « Sciences de l’ingénieur », « Mathématiques » ou « Physique-Chimie ».

Vous avez également la possibilité de suivre un Bac technologique (STI2D ou STMG) mais aussi professionnel, à l’image du bac Systèmes Numériques (SN) ou du bac pro Agora qui porte sur le domaine du tertiaire.

formation en informatique (1)

Les formations courtes de niveau Bac+2

Si vous souhaitez suivre une formation professionnalisante qui vous permet d’intégrer le marché de l’emploi après seulement deux années d’études, le BTS semble fait pour vous ! 

Le BTS Services Informatiques aux Organisations (SIO) et le BTS Systèmes Numériques (SN) vous permettent d’acquérir de solides compétences nécessaires à vos futures fonctions. Vous pouvez également décider ensuite de poursuivre vos études vers une Licence, un Bachelor ou d’intégrer une école d’ingénieurs. 

D’autres parcours de niveau Bac+2 sont accessibles, comme la formation de Technicien Supérieur en Technologies Numériques qui délivre le titre certifié de Technicien systèmes réseaux et sécurité (RNCP Niveau 5). 

Licence et Bachelor pour un niveau Bac+3

Après votre Bac, vous pouvez décider de suivre une formation plus complète en vous tournant vers une Licence informatique afin de vous préparer à devenir un expert notamment en management des systèmes d’information ou en ingénierie. La licence Mathématiques et Informatiques appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) peut également vous préparer aux métiers de l’informatique, essentiellement sur l’analyse de données ou encore les statistiques. 

Outre la Licence, vous pouvez par ailleurs vous tourner vers un Bachelor afin de vous spécialiser dans le métier que vous visez. On peut notamment citer le Bachelor International Full-Stack Developer (IFD) qui vous permet d’obtenir le titre certifié de concepteur développeur d’applications numériques (RNCP Niveau 6).

Une formation de niveau Bac+4 ou Bac+5 pour plus d’expertise

Selon votre projet professionnel, vous pouvez être amené à devoir suivre une formation longue, entre Bac+4 et Bac+5. 

Ces parcours vous permettent d’acquérir de solides hard skills (compétences techniques) mais aussi de nombreux soft skills (compétences personnelles). Vous avez également l’occasion avec ces parcours d’effectuer des stages ou même de suivre votre formation en alternance. C’est l’occasion pour vous de mettre en pratique vos nouvelles connaissances et d’avoir une réelle expérience professionnelle en entreprise. 

Vous allez avoir là encore le choix entre de nombreux parcours, comme par exemple avec un MBA in Information Technology & Data management (qui conduit au titre certifié Manager en systèmes d’informations inscrit au RNCP au niveau 7) ou encore la formation Expert en ingénierie sécurité informatique. 

école de commerce Lyon

Comment bien choisir son école de commerce à Lyon ?

Vous avez arrêté votre choix d’orientation et vous souhaitez intégrer une école de commerce ? Cette décision est particulièrement légitime quand on sait que 85 % des diplômés de ces écoles ont un contrat dans les six mois qui suivent la fin de leurs études ! Toutefois, il est nécessaire de choisir l’école de commerce qui réponde parfaitement à vos besoins afin de concrétiser vos projets de manière optimale. Découvrez les points à étudier pour choisir votre école de commerce à Lyon.

La reconnaissance de l’école de commerce

Une école de commerce vous prépare à acquérir les compétences nécessaires à vos futures fonctions de manager ou de cadre dirigeant. Vous pouvez suivre une formation initiale ou opter pour école de commerce en alternance à Lyon.

Quelle que soit votre décision, vous devez tout d’abord vous assurer que l’école soit bien reconnue par l’Etat et le Ministère de l’Enseignement Supérieur. Certaines ne le sont pas et, dans ce cas, il vaut mieux les éviter pour privilégier une école reconnue qui offre une garantie quant à la qualité du diplôme visé.

Vous devez ensuite vous pencher sur le programme afin de vérifier son contenu ainsi que les éventuelles spécialisations proposées. Vous aurez ainsi l’occasion de voir si les formations répondent bien aux attentes des entreprises ainsi qu’aux évolutions du marché.

ecole de commerce lyon

L’international et la professionnalisation au cœur des valeurs d’une école de commerce

Les écoles de commerce ont pour objectif de vous préparer au marché de l’emploi qui se caractérise aujourd’hui par une forte dimension internationale. C’est pourquoi vous devez vous renseigner sur l’approche de l’école concernant ce point : les cours sont-ils dispensés en anglais ? Des échanges ou séjours internationaux sont-ils prévus ? Quelle est la part d’étudiants étrangers ?

L’aspect professionnalisant doit également être l’une de vos priorités. Pour cela, assurez-vous que des stages soient bien inclus au programme ou, mieux encore, si l’école de commerce à Lyon propose la possibilité de suivre votre parcours en alternance. Vous aurez ainsi l’occasion de vivre une réelle expérience professionnelle en entreprise, un vrai plus différenciateur sur votre CV !

Renseignez-vous aussi sur les partenariats : les écoles de commerces ont l’avantage d’avoir de solides et pérennes réseaux d’entreprises partenaires, un réel atout pour vous dans votre recherche de stage, d’alternance ou même d’emploi. Pensez également à demander quel est le taux d’insertion professionnelle des anciens élèves.

Les autres critères de sélection pour une école de commerce

Pour choisir sereinement votre école de commerce, d’autres points sont à étudier avec attention, notamment en matière de frais de scolarité. Vous pouvez comparer les frais annuels mais aussi demander si des bourses sont attribuées ou encore si des accords sont noués avec des banques afin d’obtenir un prêt.

Votre réussite va également passer par votre bien-être. C’est pourquoi il peut être intéressant de vous renseigner sur la vie sur le campus ainsi que sur le tissu associatif.

Enfin, au-delà de l’école de commerce, prenez le temps de vous renseigner sur la ville. Il est en effet vivement recommandé d’opter pour une ville dynamique, à l’image de Lyon. Vous allez ainsi avoir accès à une plus vaste offre de logements et de loisirs mais vous allez aussi à d’intéressantes opportunités en matière d’emploi. 

métiers RH

Pourquoi choisir les métiers des ressources humaines ?

Le secteur des ressources humaines est passionnant ! Avec une employabilité remarquable en France, il attire chaque année un grand nombre de jeunes à la recherche d’une carrière professionnelle épanouissante. Vous êtes curieux de savoir pourquoi les métiers des ressources humaines attirent autant de monde ? Dans cet article, nous vous présentons les 5 raisons essentielles pour lesquelles vous devriez envisager une carrière dans le milieu RH.

Impacter positivement la vie d’autres professionnels

Découvrir les métiers des ressources humaines, c’est découvrir un univers où les professionnels ont un fort impact sur la vie de leurs collaborateurs. En effet, un responsable RH est chargé de recruter les salariés, de veiller à leur intégration dans l’entreprise et de suivre leur carrière. Ces efforts leur permettent de monter en compétence, de se sentir épanouis au sein de l’entreprise et ainsi d’évoluer vers des postes stratégiques et très bien rémunérés.

Pour un professionnel des ressources humaines, il s’agit aussi d’aider à résoudre les problèmes du quotidien et à surmonter le stress. Il est le garant d’un bon climat de travail au sein d’une entreprise, ce qui lui procure une satisfaction personnelle remarquable.

Des salaires motivants

Le domaine des ressources humaines est remarquablement évolutif. Après quelques années d’expérience, vous pouvez très bien gravir les échelons et occuper des postes stratégiques au sein d’une entreprise. En général, les emplois en RH sont très bien rémunérés. Dans une étude récente, le Journaldunet a présenté des chiffres qui le prouvent et que nous partageons avec vous :

  • Salaire moyen d’un responsable RH : 11 0242 euros bruts par mois ;
  • Salaire moyen d’un responsable rémunération et avantages sociaux : 8 541,5 euros bruts par mois ;
  • Salaire moyen d’un responsable des relations sociales : 7 291 euros bruts par mois ;
  • Salaire moyen d’un responsable développement RH : 3 333,5 euros bruts par mois.

Le secteur connaît une croissance régulière

Dans une étude publiée en février 2021, l’INSEE nous apprend que 848 200 nouvelles entreprises ont été créées en France en 2020, soit une augmentation de 4% par rapport à 2019. Ce résultat montre que l’élan entrepreneurial ne s’est pas arrêté malgré la pandémie mondiale de Covid-19. C’est de bon augure pour les professionnels RH puisque, hormis les entreprises individuelles, toutes les autres structures ont besoin de recruter, et par conséquent feront appel à leurs compétences.

Les entreprises déjà bien implantées sur le marché ont également la nécessité de renforcer leurs équipes pour accompagner leur croissance. Par leur dynamisme, de jeunes cadres des ressources humaines peuvent jouer un rôle dans cette mission.

Interaction avec un grand nombre de personnes

Le domaine RH comprend des métiers à taille humaine. En l’intégrant vous serez en contact permanent avec des individus. Ces derniers peuvent être des candidats, des employés actuels, des partenaires commerciaux, des futurs employés, etc. Cela vous permet de vivre une expérience enrichissante aussi bien d’un point de vue humain que professionnel. D’autant plus que grâce aux multiples interactions que vous avez chaque jour, votre courbe d’apprentissage prend une direction ascendante.

Des compétences transférables

Avant d’intégrer l’univers professionnel des ressources humaines, vous devez suivre une formation universitaire dédiée à ce secteur d’activité. Durant votre cursus, notamment dans une école spécialisée comme l’IGS RH, vous allez acquérir un large panel de connaissances qui sont toutes transférables. Le résultat est que dès l’obtention de votre diplôme, vous devenez capable de travailler aussi bien en France qu’ailleurs. Cette polyvalence vous ouvre les portes d’une carrière professionnelle à l’international. Vous ferez ainsi parti des milliers de cadres Français qui ont décidé de s’expatrier afin de vivre une nouvelle expérience et être au contact de nouvelles cultures.

Le chercheur d’or en France : plus qu’un métier, une passion

L’or. Ce métal précieux a toujours fasciné hommes et femmes depuis la nuit des temps et a suscité la convoitise de toutes les grandes civilisations, de la Mésopotamie et de l’Egypte antique aux civilisations précolombiennes d’Amérique du Sud en passant par l’empire romain. L’or n’a rien perdu de sa valeur et de son intérêt au fil du temps. Aujourd’hui encore, il continue à être indispensable pour l’économie mondiale. Quant aux bijoux faits en or, ils créent le bonheur de toutes les femmes, mais aussi des hommes. Tour d’horizon d’un métier laborieux mais passionnant, celui d’orpailleur, plus connu encore sous le nom de « chercheur d’or ».

Que pèse l’or dans l’économie mondiale ?

Le secteur minier de l’or pèse 83 milliards de dollars dans l’économie mondiale, compte tenu de la hausse de production depuis l’année 2000 et du prix actuel de l’once. Cette part s’élève à 172 milliards de dollars en incluant les prestataires de services et l’emploi indirect. Le métal jaune représente une source de revenu capitale pour plusieurs pays. A titre d’exemple, au Mali, en Papouasie-Nouvelle Guinée et au Burkina Faso, la production minière représente respectivement 26%, 25% et 20,5% du produit intérieur brut.

Le secteur aurifère crée un million d’emplois directs et trois millions d’emplois indirects. Cette activité participe ainsi à l’amélioration des conditions de vie des populations des pays producteurs où le salaire d’un mineur est plusieurs fois plus élevé que le salaire local.

Comment devenir orpailleur en France ?

Qui n’a jamais rêvé de trouver un bijou en or ou un endroit où il serait possible d’extraire de belles pépites d’or ? Pour les orpailleurs, il ne s’agit pas d’un rêve mais de la réalité quotidienne, car ils font de l’orpaillage leur métier et leur gagne-pain quotidien. En France, l’orpaillage reste plutôt un loisir, à l’instar de la collecte des minéraux et la plupart des orpailleurs en activité sont aussi minéralogistes. Si la perspective de devenir riche en pratiquant de l’orpaillage est quasi inexistante, il n’en reste pas moins que c’est une activité que l’on peut exercer pendant les vacances et/ou les weekends pour le plaisir ou pour gagner un peu d’argent.

Il n’existe aucune formation, qu’elle soit étatique ou privée, dédiée à l’orpaillage en Hexagone. Toutefois, il est possible de suivre des stages chez des professionnels pour apprendre les rudiments de l’orpaillage en rivière. Les stagiaires apprennent les différentes techniques d’orpaillage, dont le maniement du pan américain et de la batée conique, l’utilisation du sluice en groupe, la prospection aurifère, etc.

formation soigneur animalier

Quelle formation pour devenir soigneur animalier ?

Vous êtes nombreux à être passionnés par les animaux, qu’ils soient sauvages, domestiques ou de compagnie mais peu de personnes ont la chance de travailler en étroite proximité avec les animaux en tant que soigneur animalier dans un zoo, un parc aquatique, une animalerie, un refuge, une clinique vétérinaire, voire une réserve ou un parc naturel.

En quoi consiste le métier de soigneur animalier ?

Les tâches principales qui incombent au soigneur animalier d’assurer consistent à distribuer la nourriture aux  animaux en respectant le régime alimentaire de chaque espèce ainsi que la quantité et le nombre de portions quotidiennes préconisées par le vétérinaire. Il doit également préserver une excellente hygiène dans les lieux de vie des animaux (enclos, cages, volières, aquarium, vivarium…) en veillant au respect des normes de sécurité.

Certaines tâches sont particulièrement désagréables comme le nettoyage du fumier et des déjections ou encore le renouvellement des litières. D’où l’importance d’être un vrai passionné pour pouvoir supporter ces conditions de travail.

Le soigneur animalier est censé connaître le comportement des espèces animales dont il s’occupe pour être en mesure d’assister le vétérinaire dans certaines missions parfois délicates comme l’anesthésie, les vaccinations, le déplacement des animaux… C’est à lui que revient la tâche de faire l’inventaire des stocks de nourriture, de médicaments et du matériel.

Formation et débouchés :

Pour exercer ce métier, il ne suffit pas d’être passionné même si c’est un atout très important. En plus d’une formation en la matière, le postulant doit aimer le travail en équipe, s’adapter à toutes les situations et être patient, rigoureux et méticuleux.

Quatre formations de soigneur animalier existent en France :

­ Certificat Soigneur Animateur d’Etablissements Zoologiques délivré par le Centre de Formation par Apprentissage Agricole (CFAA) (Lot).

­ Spécialisation Soigneur Animalier au sein du Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole (CFPPA) (Loir-et-Cher).

­ Formation Animalier en Parc Zoologique dispensée par la Maison Familiale Rurale de Carquefou (Loire Atlantique).

­ Formation Soigneur Animalier au Lycée agricole privé de Saint­André (Loire).

Enfin, il est à noter que les débouchés qu’offre ce métier sont très limités, malgré le fait qu’il soit attrayant pour de nombreuses personnes.

 

Crédit photo: allianceofpro

Un MOOC pour vous apprendre à être heureux !

Le bonheur s’apprendrait selon une étude très sérieuse menée par les scientifiques d’une université d’Outre Atlantique. Notre potentiel à être heureux tiendrait de la génétique mais aussi des circonstances et de nos activités journalières. A compter du mois de Septembre, nous pourrons donc prétendre à des cours en ligne sur « la science du bonheur » afin d’améliorer nos relations aux autres, notre empathie et nous investir davantage pour le bien être de l’humanité. Un défi farfelu et sans doute quelque peu utopiste que nous vous proposons de découvrir.

C’est quand le bonheur ?

C’est pour bientôt à en croire le doux projet de l’université de Berkley en Californie en passe de décrocher le pari totalement fou de nous former au bonheur. Un MOOC à l’initiative du professeur émérite ès art du bonheur, Dacher Keltner, est donc en cours de finalisation,. La version numérique de ses cours décroche un succès sans précédent auprès des nombreux étudiants curieux.

En vous aidant à donner du sens à votre vie, les professionnels de la neuroscience, de la biologie et de la psychologie vous guideront pas à pas vers un mieux être et un sentiment profond d’épanouissement.

Va chercher bonheur dans le MOOC

Recherche scientifique et psychologie positive appliquée au quotidien, ce MOOC d’un nouveau genre est très attendu par les étudiants motivés. La clé du succès tiendrait dans l’investissement social : plus j’ai de temps pour les autres, plus je répands le bien, moins je suis centré sur mes angoisses. Somme toute, un concept logique qui a déjà fait ses preuves.

Inscrivez-vous dés à présent, et redécouvrez la sérénité à l’issue de ces 8 semaines de cours. Générosité, et distribution de bonheur sont de mise.

Le secret ? Il résiderait dans le temps accordé aux autres et dans une compassion exaltée. Venez réveiller votre petit coté mère Theresa et booster votre quotient bonheur avec l’université de Berkley.

 

Crédit photo: Psy de campagne