Quel métier faire avec un bac pro gestion administration ?

Vous venez de décrocher votre précieux sésame, le bac pro gestion administration, et vous vous posez des questions quant à la suite à donner à votre parcours ? Les possibilités sont variées, ainsi vous pouvez opter pour la poursuite d’études, vous lancer dans un projet de création d’entreprise ou chercher votre premier emploi… D’ailleurs, le bac pro est particulièrement privilégié par les jeunes en quête d’insertion professionnelle rapide. Et pour cause, dès la validation du diplôme, le candidat est qualifié pour débuter une carrière professionnelle. Découvrez les différentes possibilités que vous offre le bac pro gestion administration !

Intégrer directement le monde professionnel

Si la plupart des bacheliers pro choisissent la poursuite d’études, ils sont également nombreux à saisir la possibilité qu’offre le bac pro gestion administration en termes d’employabilité. C’est le cas notamment des jeunes désireux d’obtenir leur indépendance et de voler de leurs propres ailes, loin du foyer familial. En effet, le bac pro GA permet d’intégrer rapidement différents domaines professionnels.

Ce cursus est très professionnalisant. Il prépare ainsi les élèves à intégrer le monde du travail dès l’obtention de leurs diplômes. Ils sont opérationnels et peuvent répondre aux besoins et exigences de leurs employeurs. Dans le milieu professionnel, ils sont surtout amenés à accueillir, conseiller et accompagner des clients ou collaborateurs de l’entreprise. Pour ce faire, ils doivent notamment maîtriser les techniques de communication écrite et orale.

Le diplôme donne des compétences clés pour travailler dans des domaines très variés. Ci-dessous une liste non-exhaustive des métiers qu’ils peuvent choisir à l’issue de leur formation :

  • Responsable administratif et financier ;
  • Responsable d’un centre de profit ;
  • Responsable de gestion ;
  • Secrétaire de direction ;
  • Assistant de direction ;
  • Assistant secrétaire ;
  • Assistant de gestion PME ;
  • Assistant de manager ;
  • Assistant en ressources humaines ;
  • Chargé de gestion administrative et financière ;
  • Gestionnaire administratif ;
  • Gestionnaire de paie ;
  • Manager ;
  • etc.

Vous l’aurez compris, le choix est très large et vous pouvez opter pour le métier qui correspond le mieux à votre profil et vos ambitions professionnelles.

bac pro GA

A lire également :
Se former aux métiers RH : les raisons !
BBA : le bachelor en 4 ans… présentation et différences

Comment réussir son insertion professionnelle ? 

Les offres d’emploi qui correspondent aux profils titulaires d’un bac pro gestion administration sont généralement publiées dans la rubrique recrutement, sur le site Internet des recruteurs. Il est également possible de trouver des offres sur les nombreux sites d’emploi qui existent actuellement.

Les candidatures en ligne, constituées généralement d’un CV, d’une lettre de motivation et d’un formulaire, sont reçues et traitées par le responsable recrutement au sein du service des ressources humaines. Les candidats retenus sont soumis à des entretiens et des tests pour évaluer leurs compétences et connaissances.

Lors de votre recherche, ne vous contentez-pas de postuler auprès des grandes entreprises. Les PME et TPE, ainsi que les start-up offrent souvent de belles opportunités d’emploi aux jeunes diplômés. Mais commencez par contacter les organisations au sein desquelles vous avez effectué des stages. Si vous avez laissé un écho favorable à l’issue de votre stage, vous aurez de fortes chances d’être retenu, suite à votre candidature, même si vous décidez de ne pas poursuivre vos études pour obtenir un BTS, par exemple. 

Car ce qui compte au final pour les recruteurs c’est que la nouvelle recrue soit capable de remplir, en bonne et due forme, les différentes tâches qui lui sont confiées. D’autant plus que les candidats titulaires d’un bac pro gestion administration arrivent parfaitement à gérer les aspects administratifs de l’entreprise. Par ailleurs, les petites entreprises privilégient souvent les profils titulaires d’un bac pro gestion administration car cela leur permet de mieux maîtriser leur budget alloué au recrutement. Il est donc judicieux de cibler ce type d’organisation pour augmenter vos chances de signer votre premier contrat.

faire bilan de compétences

Faire un bilan de compétences est-il vraiment utile ?

Selon une étude réalisée par Monster et Yougov, plus d’un Français sur deux estime que la crise sanitaire de Covid-19 a eu un impact sur le sens accordé au travail. Les jeunes sont particulièrement concernés par ce constat, puisque 61 % des 18-24 ans s’interrogent sur leur carrière. Un quart des interrogés se déclare même prêt à « faire quelque chose pour changer leur quotidien », que ce soit en optant pour des responsabilités plus importantes ou en effectuant une reconversion. C’est ici que le bilan de compétences prend tout son sens. Explications.

Les enjeux du bilan de compétences 

Les bilans de compétences individualisés sont un dispositif qui permet d’analyser vos compétences professionnelles mais aussi personnelles ainsi que vos aptitudes et vos motivations. Il est parfaitement indiqué pour faire le point sur votre carrière et vous aider à définir un projet professionnel ou de formation

Le bilan de compétences s’inscrit ainsi dans un projet d’évolution professionnelle. Il s’adresse à toutes les personnes actives que vous soyez salarié du secteur privé (ou du public avec des conditions spécifiques) ou encore demandeur d’emploi.

Il faut savoir qu’il n’est en effet pas toujours évident de savoir comment procéder pour évoluer. Cette période se caractérise par le doute et vous n’avez pas toujours connaissance des différents dispositifs pouvant vous aider à concrétiser votre projet. 

Grâce à l’accompagnement de votre conseiller, vous allez pouvoir évaluer votre situation, déterminer vos objectifs, mettre en place un plan d’action, le tout pour parvenir à mener sereinement et efficacement votre projet. Celui-ci peut aussi bien être une reconversion professionnelle qu’une évolution interne, une formation, une création d’entreprise… Le bilan de compétences peut vous apporter beaucoup dans de nombreuses situations.

A lire également :
Comment se déroule un bilan de compétences ?
Comment choisir son centre de bilan de compétences ?

Le déroulement d’un bilan de compétences

Le bilan de compétences est régi par le Code du travail (article L 6313-10) qui fixe sa durée à 24 heures maximum, pouvant être réparties sur plusieurs semaines.

Vous devez veiller à choisir le centre de bilan de compétences le plus adapté à vos attentes et au sein duquel vous vous sentiez à l’aise. Il est en effet important de créer des échanges de confiance, bienveillants et transparents avec votre conseiller. 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec un centre afin de connaître leurs prestations  et rencontrer leurs équipes. Cette démarche, gratuite et sans engagement, vous permet d’avoir un premier ressenti qui va vous aider à choisir votre centre.

Vous allez ensuite bénéficier de trois phases, à savoir : 

  • la phase préliminaire, au cours de laquelle le prestataire va analyser votre demande et votre besoin afin de déterminer le format et les modalités de déroulement de votre bilan ;
  • la phase d’investigation, où vous allez construire votre projet en vous assurant de sa pertinence. Votre conseiller va également analyser votre personnalité, vos aptitudes et vos intérêts ;
  • la phase de conclusion, pendant laquelle vous allez valider votre projet et déterminer un plan d’action. Un entretien de suivi est par la suite programmé avec votre conseiller afin de veiller sur l’avancée de votre projet.

Au cours de ces différentes étapes, vous allez réaliser avec votre conseiller un vrai travail d’introspection. Pour cela, il dispose de multiples outils pédagogiques, comme des exercices ou encore des tests de personnalité. Vous aurez également à réaliser un travail personnel soutenu.

A l’issue de votre bilan de compétences, votre conseiller va vous remettre une synthèse écrite des résultats détaillés de votre bilan ainsi que le plan d’actions que vous aurez conjointement mis en œuvre.

Vous avez ainsi l’occasion de bénéficier de l’expertise et du savoir-faire de votre conseiller pour mûrir et concrétiser votre projet professionnel.

Formation métier audiovisuel

Quelles études pour devenir producteur ?

Le producteur est la personne chargée de financer la réalisation d’un produit médiatique ou artistique (films, série, documentaire, émission, etc.). Un financement qui se fait par ses propres moyens ou par l’apport d’autres sociétés de production avec qui il établit un contact. Même s’il est peu connu du grand public, ce métier est très passionnant et présente de belles perspectives de carrière.

La profession de producteur vous intéresse ? Voici une liste des formations supérieures permettant d’y accéder.

#1 BTS Audiovisuel

Le BTS Audiovisuel est une formation certifiée RNCP. Reconnu par l’Etat, ce parcours est destiné à la formation de professionnels de l’image, du son et du montage. Durant les deux années d’études, vous acquérez ainsi des compétences notables en rapport direct avec plusieurs segments de l’audiovisuel. Parmi les spécialisations enseignées nous retrouvons notamment :

  • Les métiers de l’image ;
  • Les métiers du son ;
  • Les techniques d’ingénierie et exploitation des équipements ;
  • La gestion de production ;
  • Montage et post production.

Pour intégrer un BTS Audiovisuel, vous avez le choix entre des lycées (publics ou privés), des écoles de multimédia, des écoles d’audiovisuel ou encore des écoles de cinéma. Par ailleurs, cette formation peut s’effectuer dans le cadre d’un cursus classique ou en alternance. Si c’est cette deuxième option qui vous intéresse, assurez-vous de choisir une école pour devenir producteur qui la propose.

#2 Bachelor production

Le Bachelor Production Audiovisuelle est une formation de niveau Bac+3, accessible uniquement après un DUT ou un BTS. Pour intégrer ce parcours, il faut remplir un dossier de candidature qu’il est possible de télécharger directement sur le site de l’école convoitée. Après le dépôt de ce dossier, vous êtes conviés à passer des tests d’admission, ainsi qu’un entretien individuel. Ce dernier va servir à évaluer vos connaissances mais aussi votre degré de motivation et vos aptitudes interpersonnelles.

Plusieurs écoles comme l’ISCPA Paris intègrent un Bachelor Production Audiovisuelle dans leur programme. Chacune d’elle est libre de proposer son propre programme. L’essentiel est que les lauréats de cette formation acquièrent des connaissances notables en management, gestion des réseaux sociaux et production. Ils apprennent également à prendre la parole en public en toute aisance et à être très dynamiques.

Après un Bachelor Production Audiovisuelle, vous pouvez déjà prétendre au poste de producteur. Mais si vous souhaitez approfondir vos connaissances, le mieux est d’intégrer une formation de niveau Bac+5 comme le Master Professionnel Production.

#2 Master Professionnel Production

En intégrant un Master Professionnel Production, vous optez pour un parcours d’étude très poussé, qui favorise l’acquisition de toutes les connaissances pouvant faire de vous un producteur très compétent.

Proposé notamment à l’ISCPA Paris, ce cycle peut s’effectuer en alternance. De même, il vous propose de passer tout un semestre d’étude à l’étranger dans l’une des écoles ou universités partenaires.

Là encore, vous avez le choix entre diverses spécialisations, qui vous mènent toutes vers les métiers de production. Parmi elles, nous retrouvons notamment :

  • Spécialisation production musicale : ici, vous apprenez tout ce qu’il y a à savoir concernant la musique classique, la musique contemporaine, la musique urbaine, l’édition musicale, etc. De même, on vous enseigne le management artistique, le droit du travail, les stratégies de communication, etc. Bref, toutes les qualités requises pour devenir un producteur musical à succès.
  • Spécialisation production audiovisuelle : comme son nom l’indique, cette option est dédiée aux étudiants souhaitant devenir producteurs audiovisuels par la suite. La plupart des modules enseignés tournent autour du 7éme art (influence des maîtres du cinéma, production documentaire, films d’animation, etc.).

Dans le cadre d’un Master Professionnel Production, vous serez également amenés à réaliser un projet (exemple : production d’un clip vidéo). Cela va vous permettre d’être en immersion totale dans l’univers professionnel dans lequel vous entendez faire carrière.

BBA : le bachelor en 4 ans… présentation et différences

Alors qu’en France, les différents Bachelors se font en trois ans d’études, le Bachelor In Business Administration quant à lui requiert quatre années d’études Post-Bac.

Quelles différences y’a-t-il entre le BBA et les autres Bachelors dispensés en France ? C’est ce que nous découvrons ensemble dans cet article.

Bachelors VS BBA : la structure du programme

Les Bachelors dispensés en France suivent la norme LMD (Licence, Master, Doctorat) qui régit le système universitaire national. Cette norme fixe à 3 ans d’études la durée des programmes Licence et Bachelor. Après avoir obtenu leurs diplômes, les titulaires d’un Bachelor peuvent directement intégrer le marché du travail ou s’inscrire à une formation plus poussée, délivrant un grade Master.

Le Bachelor BBA (Bachelor In Business Administration) s’effectue quant à lui en 4 ans, car il suit les normes nord-américaines (Etats-Unis et Canada) et asiatiques. Ce Bachelor ne date pas d’hier. En fait il fut créé bien avant-même que le système LMD ne soit mis en place. Il s’agit d’une formation à forte connotation internationale, ce qui fait que les étudiants passent plus de temps à l’étranger que quand il s’agit d’un Bachelor en 3 ans. L’objectif étant d’obtenir une double diplomation, d’avoir une meilleure expertise académique, etc.

Après un BBA, les étudiants sont à même de postuler pour des postes responsabilités. C’est très avantageux par exemple pour les titulaires d’un Bachelor of Business Administration à Paris, car la ville est d’une remarquable puissance économique, ce qui produit un besoin conséquent de cadres chez tous les types d’entreprises.

En revanche, s’ils souhaitent continuer leurs études, les lauréats d’un BBA ont la possibilité de faire une cinquième année de spécialisation au sein d’une prestigieuse école française ou une université étrangère.

Quelle pédagogie ?

Sur ce point bien précis, le Bachelor en trois ans est organisé de sorte à ce que la première année soit une année de découverte. Pour les étudiants, c’est l’occasion de se familiariser avec les bases du domaine que concerne la formation (économie, RH, etc.). A la fin de cette première année ils effectuent un stage d’initiation au sein d’une entreprise, histoire d’être en contact pour la toute première fois avec l’environnement professionnel.

Lors d’un BBA, le ton est donné dès le départ. Dès leur inscription, les étudiants comprennent qu’il s’agit d’une formation tournée vers l’international. Ils multiplient ainsi les stages et les semestres d’études à l’étranger.

Là où les deux configurations se rejoignent est que toutes deux sont de nature professionnalisante. Qu’il s’agisse d’un Bachelor en trois ans ou d’un BBA de quatre ans, l’accent est surtout mis sur l’acquisition de compétences pratiques, qui vont servir à préparer les lauréats à intégrer le marché du travail.

Au niveau international, ça donne quoi ?

Les Bachelors de trois ans n’ont qu’une infime dimension internationale. Ce type parcours est surtout consacré sur la formation de futurs cadres, connaissant le terrain. Les étudiants peuvent passer jusqu’à 15 mois de stages, étalées sur les trois années d’études.

Les BBA par contre sont surtout axés sur l’international. D’ailleurs, 70% des titulaires de ce diplôme commencent leur carrière professionnelle à l’étranger. Durant les quatre années d’étude, ils apprennent plusieurs langues vivantes et acquièrent des compétences transférables, qui font qu’ils peuvent s’intégrer dans n’importe quel environnement économique ou culturel. 

Conclusion

Vous l’aurez compris, la particularité du Bachelor In Business Administration vient du fait qu’il est destiné à former des cadres d’envergure internationale, d’où sa durée de 4 ans, ponctuée de plusieurs stages à l’étranger. Si vous souhaitez acquérir des compétences importantes en matière de gestion tout en vous assurant une ouverture sur le monde, cette formation est faite pour vous.

ecole de commerce icd

5 conseils pour réussir les concours en école de commerce

Pour intégrer une école de commerce, il faut souvent passer par la case concours. Bête noire des apprenants, le concours peut intimider, voire stresser, car sans ce sésame, il est impossible d’intégrer l’école de ses rêves. Afin de réussir votre concours, nous vous donnons quelques tips de préparation. Ces trucs et astuces vous permettront d’aborder plus sereinement les épreuves des concours. Voici nos quelques conseils pour réussir les concours en école de commerce. 

#1 Anticiper

On ne le répètera jamais assez, la clef du succès pour réussir votre concours est l’ANTICIPATION ! S’y prendre à l’avance vous permet de connaître le déroulement des épreuves, mais aussi les phases d’admission et d’inscription. Prendre connaissance de toutes ces formalités permet de diminuer votre stress et de vous focaliser sur les diverses étapes du concours sans pression. Véritable marathon d’épreuves, le concours nécessite une préparation intense et rigoureuse.

#2 Préparer les épreuves

Pour réussir votre concours d’entrée en école de commerce, nous vous conseillons de bien vous informer sur les épreuves. Il est primordial de connaître leur contenu, leur coefficient et leur durée. Une fois ces renseignements pris, vous pouvez aussi prendre contact avec des anciens candidats afin de connaître le déroulement des épreuves. 

En ce qui concerne votre apprentissage, la clef du succès est de vous entraîner. Pour ce faire, vous pouvez réviser avec les annales, vous faire des fiches ou encore des tests. Il est également important de vous chronométrer car souvent c’est le temps qui fait défaut aux candidats lors des épreuves. Pour ne pas tomber dans ce piège, munissez-vous d’une montre !

etudiants en école de commerce

À lire également :
Êtes-vous en quête d’une école de commerce à Paris ?
Comment bien choisir son école de commerce à Lyon ?
Qu’apprend-on en école de commerce ?

#3 S’entraîner à l’entretien individuel

Épreuve clef des concours, l’entretien individuel n’est pas à négliger. Si votre rêve est d’intégrer une International Business School à Paris ou à Toulouse, vous devez vous préparer à l’entrevue orale. Comme si vous passiez un entretien d’embauche, vous devez décrire votre personnalité ainsi que votre projet professionnel, mais aussi les valeurs de l’école visée et sa pédagogie. De plus, vous devez penser à faire le lien entre vous et la business school. Pour vous préparer aux entretiens, vous pouvez faire des simulations avec vos proches (amis, camarades de classe, parents…), mais n’en oubliez pas votre naturel et votre spontanéité. 

Tips : lors des oraux, nous vous conseillons de choisir une tenue sobre dans laquelle vous êtes à l’aise. 

A lire : ICD : une référence dans la formation au commerce international

#4 Suivre l’actualité

Lors d’un concours, et notamment lors des épreuves orales, il est possible que l’on vous pose des questions en rapport avec l’actualité. Savoir y répondre est un véritable atout car le jury constate que vous possédez une vaste culture générale et vous intéressez aux enjeux sociétaux. En somme, vous êtes un jeune ouvert sur le monde qui porte son intérêt sur le monde qui l’entoure. Suivre régulièrement l’actualité peut également vous servir lors d’éventuels QCM ou pour citer des exemples lors d’une dissertation. Que des avantages, n’est-ce pas ? 

#5 Faire appel à un professionnel

Recourir à un professionnel pour la préparation de votre concours est une bonne idée qui permet à l’apprenant d’être accompagné dans sa démarche. Votre professeur a pour mission de vous préparer aux concours aussi bien psychologiquement que physiquement. Il est là pour vous faire passer des tests, vous transmettre son expérience, vous donner des astuces et vous aider à réviser. Il est là pour que votre motivation soit toujours au top et ce malgré l’intensité de la phase d’apprentissage d’un concours. Grâce à lui, vous acquérez des réflexes de méthodologie et mémorisation et vous confrontez aux épreuves qui vous inquiètent. 

Mettez toutes les chances de votre côté grâce à ces quelques conseils !

formation informatique

Quelle filière choisir pour travailler dans l’informatique ?

Vous souhaitez faire carrière dans le domaine passionnant de l’informatique ? Ce choix est particulièrement judicieux, ce domaine présente en effet une très large variété d’opportunités professionnelles et il est considéré comme l’un des plus dynamiques en France en matière d’emploi. En outre, il est possible de suivre plusieurs parcours de formation afin d’accéder au poste de vos rêves !

Le secteur de l’informatique en France

L’informatique est un secteur d’activité en constante évolution. Certains métiers restent des incontournables tandis que d’autres émergent afin de faire face aux nouveaux enjeux, comme pour l’intelligence artificielle, la data, le Cloud, la cybersécurité… C’est pourquoi les écoles et les centres de formation proposent aujourd’hui des formations spécialisées pour les métiers de l’informatique.

Les recrutements sont ainsi en hausse constante. Selon l’Apec, un cadre sur cinq en 2018 a été recruté dans le secteur informatique. En outre, plus de 17 000 postes de cadre ont été créés, ce qui représente 23 % des créations d’emploi de cadre au niveau de l’ensemble du pays. Selon cette croissance, les prévisions d’embauche pour l’année 2020 étaient de 67 000 cadres.

Quel parcours de formation suivre pour faire carrière dans l’informatique ?

Il existe de nombreuses possibilités pour travailler dans l’informatique. Votre parcours est à déterminer selon vos objectifs professionnels. Vous pouvez ainsi intégrer le marché de l’emploi tout aussi bien après un Bac+2 ou encore un Bac+5.

Quel Bac choisir ?

Vous pouvez tout à fait suivre un Bac général, d’autant plus que depuis la réforme, vous avez un socle d’enseignements communs ainsi que des enseignements de spécialité. Vous devez ainsi choisir trois spécialités en 1ère puis deux en Terminale. Pour ébaucher les prémices de votre parcours dans l’informatique, vous pouvez opter pour la spécialité « Numérique et Sciences Informatiques », « Sciences de l’ingénieur », « Mathématiques » ou « Physique-Chimie ».

Vous avez également la possibilité de suivre un Bac technologique (STI2D ou STMG) mais aussi professionnel, à l’image du bac Systèmes Numériques (SN) ou du bac pro Agora qui porte sur le domaine du tertiaire.

formation en informatique (1)

Les formations courtes de niveau Bac+2

Si vous souhaitez suivre une formation professionnalisante qui vous permet d’intégrer le marché de l’emploi après seulement deux années d’études, le BTS semble fait pour vous ! 

Le BTS Services Informatiques aux Organisations (SIO) et le BTS Systèmes Numériques (SN) vous permettent d’acquérir de solides compétences nécessaires à vos futures fonctions. Vous pouvez également décider ensuite de poursuivre vos études vers une Licence, un Bachelor ou d’intégrer une école d’ingénieurs. 

D’autres parcours de niveau Bac+2 sont accessibles, comme la formation de Technicien Supérieur en Technologies Numériques qui délivre le titre certifié de Technicien systèmes réseaux et sécurité (RNCP Niveau 5). 

Licence et Bachelor pour un niveau Bac+3

Après votre Bac, vous pouvez décider de suivre une formation plus complète en vous tournant vers une Licence informatique afin de vous préparer à devenir un expert notamment en management des systèmes d’information ou en ingénierie. La licence Mathématiques et Informatiques appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) peut également vous préparer aux métiers de l’informatique, essentiellement sur l’analyse de données ou encore les statistiques. 

Outre la Licence, vous pouvez par ailleurs vous tourner vers un Bachelor afin de vous spécialiser dans le métier que vous visez. On peut notamment citer le Bachelor International Full-Stack Developer (IFD) qui vous permet d’obtenir le titre certifié de concepteur développeur d’applications numériques (RNCP Niveau 6).

Une formation de niveau Bac+4 ou Bac+5 pour plus d’expertise

Selon votre projet professionnel, vous pouvez être amené à devoir suivre une formation longue, entre Bac+4 et Bac+5. 

Ces parcours vous permettent d’acquérir de solides hard skills (compétences techniques) mais aussi de nombreux soft skills (compétences personnelles). Vous avez également l’occasion avec ces parcours d’effectuer des stages ou même de suivre votre formation en alternance. C’est l’occasion pour vous de mettre en pratique vos nouvelles connaissances et d’avoir une réelle expérience professionnelle en entreprise. 

Vous allez avoir là encore le choix entre de nombreux parcours, comme par exemple avec un MBA in Information Technology & Data management (qui conduit au titre certifié Manager en systèmes d’informations inscrit au RNCP au niveau 7) ou encore la formation Expert en ingénierie sécurité informatique. 

école de commerce Lyon

Comment bien choisir son école de commerce à Lyon ?

Vous avez arrêté votre choix d’orientation et vous souhaitez intégrer une école de commerce ? Cette décision est particulièrement légitime quand on sait que 85 % des diplômés de ces écoles ont un contrat dans les six mois qui suivent la fin de leurs études ! Toutefois, il est nécessaire de choisir l’école de commerce qui réponde parfaitement à vos besoins afin de concrétiser vos projets de manière optimale. Découvrez les points à étudier pour choisir votre école de commerce à Lyon.

La reconnaissance de l’école de commerce

Une école de commerce vous prépare à acquérir les compétences nécessaires à vos futures fonctions de manager ou de cadre dirigeant. Vous pouvez suivre une formation initiale ou opter pour école de commerce en alternance à Lyon.

Quelle que soit votre décision, vous devez tout d’abord vous assurer que l’école soit bien reconnue par l’Etat et le Ministère de l’Enseignement Supérieur. Certaines ne le sont pas et, dans ce cas, il vaut mieux les éviter pour privilégier une école reconnue qui offre une garantie quant à la qualité du diplôme visé.

Vous devez ensuite vous pencher sur le programme afin de vérifier son contenu ainsi que les éventuelles spécialisations proposées. Vous aurez ainsi l’occasion de voir si les formations répondent bien aux attentes des entreprises ainsi qu’aux évolutions du marché.

ecole de commerce lyon

À lire également :
Êtes-vous en quête d’une école de commerce à Paris ?
5 conseils pour réussir les concours en école de commerce
Qu’apprend-on en école de commerce ?

L’international et la professionnalisation au cœur des valeurs d’une école de commerce

Les écoles de commerce ont pour objectif de vous préparer au marché de l’emploi qui se caractérise aujourd’hui par une forte dimension internationale. C’est pourquoi vous devez vous renseigner sur l’approche de l’école concernant ce point : les cours sont-ils dispensés en anglais ? Des échanges ou séjours internationaux sont-ils prévus ? Quelle est la part d’étudiants étrangers ?

L’aspect professionnalisant doit également être l’une de vos priorités. Pour cela, assurez-vous que des stages soient bien inclus au programme ou, mieux encore, si l’école de commerce à Lyon propose la possibilité de suivre votre parcours en alternance. Vous aurez ainsi l’occasion de vivre une réelle expérience professionnelle en entreprise, un vrai plus différenciateur sur votre CV !

Renseignez-vous aussi sur les partenariats : les écoles de commerces ont l’avantage d’avoir de solides et pérennes réseaux d’entreprises partenaires, un réel atout pour vous dans votre recherche de stage, d’alternance ou même d’emploi. Pensez également à demander quel est le taux d’insertion professionnelle des anciens élèves.

Les autres critères de sélection pour une école de commerce

Pour choisir sereinement votre école de commerce, d’autres points sont à étudier avec attention, notamment en matière de frais de scolarité. Vous pouvez comparer les frais annuels mais aussi demander si des bourses sont attribuées ou encore si des accords sont noués avec des banques afin d’obtenir un prêt.

Votre réussite va également passer par votre bien-être. C’est pourquoi il peut être intéressant de vous renseigner sur la vie sur le campus ainsi que sur le tissu associatif.

Enfin, au-delà de l’école de commerce, prenez le temps de vous renseigner sur la ville. Il est en effet vivement recommandé d’opter pour une ville dynamique, à l’image de Lyon. Vous allez ainsi avoir accès à une plus vaste offre de logements et de loisirs mais vous allez aussi à d’intéressantes opportunités en matière d’emploi. 

métiers RH

Pourquoi choisir les métiers des ressources humaines ?

Le secteur des ressources humaines est passionnant ! Avec une employabilité remarquable en France, il attire chaque année un grand nombre de jeunes à la recherche d’une carrière professionnelle épanouissante. Vous êtes curieux de savoir pourquoi les métiers des ressources humaines attirent autant de monde ? Dans cet article, nous vous présentons les 5 raisons essentielles pour lesquelles vous devriez envisager une carrière dans le milieu RH.

Impacter positivement la vie d’autres professionnels

Découvrir les métiers des ressources humaines, c’est découvrir un univers où les professionnels ont un fort impact sur la vie de leurs collaborateurs. En effet, un responsable RH est chargé de recruter les salariés, de veiller à leur intégration dans l’entreprise et de suivre leur carrière. Ces efforts leur permettent de monter en compétence, de se sentir épanouis au sein de l’entreprise et ainsi d’évoluer vers des postes stratégiques et très bien rémunérés.

Pour un professionnel des ressources humaines, il s’agit aussi d’aider à résoudre les problèmes du quotidien et à surmonter le stress. Il est le garant d’un bon climat de travail au sein d’une entreprise, ce qui lui procure une satisfaction personnelle remarquable.

Des salaires motivants

Le domaine des ressources humaines est remarquablement évolutif. Après quelques années d’expérience, vous pouvez très bien gravir les échelons et occuper des postes stratégiques au sein d’une entreprise. En général, les emplois en RH sont très bien rémunérés. Dans une étude récente, le Journaldunet a présenté des chiffres qui le prouvent et que nous partageons avec vous :

  • Salaire moyen d’un responsable RH : 11 0242 euros bruts par mois ;
  • Salaire moyen d’un responsable rémunération et avantages sociaux : 8 541,5 euros bruts par mois ;
  • Salaire moyen d’un responsable des relations sociales : 7 291 euros bruts par mois ;
  • Salaire moyen d’un responsable développement RH : 3 333,5 euros bruts par mois.

Le secteur connaît une croissance régulière

Dans une étude publiée en février 2021, l’INSEE nous apprend que 848 200 nouvelles entreprises ont été créées en France en 2020, soit une augmentation de 4% par rapport à 2019. Ce résultat montre que l’élan entrepreneurial ne s’est pas arrêté malgré la pandémie mondiale de Covid-19. C’est de bon augure pour les professionnels RH puisque, hormis les entreprises individuelles, toutes les autres structures ont besoin de recruter, et par conséquent feront appel à leurs compétences.

Les entreprises déjà bien implantées sur le marché ont également la nécessité de renforcer leurs équipes pour accompagner leur croissance. Par leur dynamisme, de jeunes cadres des ressources humaines peuvent jouer un rôle dans cette mission.

Interaction avec un grand nombre de personnes

Le domaine RH comprend des métiers à taille humaine. En l’intégrant vous serez en contact permanent avec des individus. Ces derniers peuvent être des candidats, des employés actuels, des partenaires commerciaux, des futurs employés, etc. Cela vous permet de vivre une expérience enrichissante aussi bien d’un point de vue humain que professionnel. D’autant plus que grâce aux multiples interactions que vous avez chaque jour, votre courbe d’apprentissage prend une direction ascendante.

Des compétences transférables

Avant d’intégrer l’univers professionnel des ressources humaines, vous devez suivre une formation universitaire dédiée à ce secteur d’activité. Durant votre cursus, notamment dans une école spécialisée comme l’IGS RH, vous allez acquérir un large panel de connaissances qui sont toutes transférables. Le résultat est que dès l’obtention de votre diplôme, vous devenez capable de travailler aussi bien en France qu’ailleurs. Cette polyvalence vous ouvre les portes d’une carrière professionnelle à l’international. Vous ferez ainsi parti des milliers de cadres Français qui ont décidé de s’expatrier afin de vivre une nouvelle expérience et être au contact de nouvelles cultures.

etudiante qui revise

Quel métier faire avec un BTS Communication ?

La communication est un secteur d’activité particulièrement vaste qui vous offre d’intéressantes opportunités professionnelles. Le marché de la communication a représenté en France pas moins de 33,81 milliards d’euros en 2019, une croissance expliquée notamment par la digitalisation. Vous avez en outre accès à un large panel de formations avant d’intégrer le marché de l’emploi, et ce, à diverses fonctions. Le point dans cet article sur les métiers accessibles après un BTS Communication.

Qu’est-ce que le BTS Communication ?

Accessible après un baccalauréat, le BTS communication à Paris et dans toute la France vous prépare à rentrer dans la vie active après seulement deux ans d’études. 

Au cours de ce parcours professionnalisant, vous allez acquérir de solides compétences dans divers domaines grâce à des cours variés, comme :

  • la culture de la communication ;
  • la communication des entreprises ;
  • l’économie ;
  • le droit ;
  • les langues vivantes ;
  • etc.

En outre, le BTS Communication comporte différents projets et ateliers afin de vous permettre de mettre en pratique vos nouvelles connaissances autour de la communication. De même, des stages vous donnent l’opportunité de découvrir le monde de l’entreprise. Ces semaines passées en immersion dans le monde professionnel sont un véritable plus pour vos futures candidatures. 

Les caractéristiques de la communication

La communication revêt plusieurs formes. On peut ainsi trouver la communication publicitaire, corporate, digitale, de relations publiques…

Chacune possède ses propres spécificités mais certaines qualités et compétences sont dans tous les cas nécessaires. Il est ainsi important de savoir faire preuve de minutie, de réactivité, d’écoute et d’adaptabilité. Il est également nécessaire d’être ouvert d’esprit, curieux et de savoir être force de proposition. Les capacités d’organisation et de planification comptent par ailleurs parmi les soft skills recherchées.

Les métiers de la communication

A l’issue de votre BTS Communication, vous avez la possibilité de poursuivre vos études avec une Licence ou un Bachelor. Mais vous pouvez également intégrer le marché de l’emploi. C’est d’ailleurs l’objectif principal de cette formation qui se veut professionnalisante afin de faciliter votre insertion professionnelle.

Vous pourrez ainsi candidater auprès de diverses structures, à savoir : 

  • les agences de communication, de publicité ou de relations publiques ;
  • les agences Web, spécialisées dans la communication sur le Web ;
  • les entreprises ;
  • les institutions, comme les ministères, les préfectures ou encore les DDE ;
  • les associations et les ONG.

La communication est réputée pour être un secteur très varié qui offre un large panel de débouchés. Vous pourrez ainsi postuler à différents métiers afin de concevoir et mener à bien des projets de communication. Parmi les métiers les plus prisés dans la communication, nous retrouvons notamment : 

  • le chargé de communication ;
  • le directeur de la communication ;
  • le chef de projet ;
  • le directeur de clientèle ;
  • le chef de publicité ;
  • le chargé de relations publiques ;
  • le responsable événementiel ;
  • le directeur artistique ;
  • l’attaché de presse ;
  • le rédacteur ;
  • le community manager ;
  • le traffic manager ;
  • le média planner ;
  • etc.

La communication a subi de profondes transformations au cours des dernières années, notamment du fait de la digitalisation et de l’essor d’Internet ainsi que des réseaux sociaux. Les professionnels ont dû s’adapter et les métiers ont également été impactés. On a ainsi vu de nouveaux métiers émerger comme : 

  • le brand content manager ;
  • l’UX Designer ;
  • le social media manager ;
  • le consultant en e-réputation ;
  • le chef de projet digital.

La communication est ainsi devenue un véritable levier en matière d’employabilité avec de nombreuses opportunités et passerelles. 

formation informatique

Les métiers et l’emploi dans l’informatique

A l’ère de la digitalisation, le secteur du numérique et de l’informatique souhaite recruter. Malgré la crise, il cherche à embaucher des individus qualifiés afin de mettre en place des moyens, dispositifs, méthodes et outils informatiques innovants. Sans cesse en évolution, l’informatique englobe de nombreux domaines d’activité comme celui de l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la production industrielle, le marketing ou encore la santé et la finance. L’EPSI vous dit tout ce que vous devez savoir sur l’emploi dans l’informatique ! 

Un secteur qui recrute malgré la crise

En perpétuelle mutation, le secteur de l’informatique est chaque fois plus innovant en repoussant les limites du réel. A l’ère de la digitalisation et de la robotisation, il est présent partout dans notre société. Applications, logiciels, entreprises, services numériques, administration, e-commerce, objets connectés… sont autant de marchés où l’informatique est présent. 

La crise sanitaire a d’ailleurs révélé la nécessité de personnel qualifié dans le secteur de l’informatique. Devenus encore plus essentiels, les métiers de l’IT (Information Technology) sont très prisés et recherchés par les entreprises. En hausse, l’activité digitale a d’ailleurs transformé les stratégies et façons de faire pendant la crise de la Covid-19. Ce virus a impacté l’organisation de nombreuses sociétés, qui ont adapté leurs systèmes de travail à distance en privilégiant le modèle de travail hybride et le télétravail.

Les débouchés dans l’informatique

En fort développement, les métiers de l’informatique offrent de belles perspectives d’avenir, c’est pourquoi l’école EPSI propose des formations informatiques. Voici quelques exemples d’emplois dans l’informatique :

  • développeur : selon la spécialité choisie (Web ou mobile), vous construisez des programmes informatiques pour vos clients. Pour ce faire, vous devez maîtrisez des langages de programmation et codes de développement ; 
  • webdesigner : si vous avez un profil créatif, le webdesign est fait pour vous ! Vous vous chargez de l’identité visuelle des sites ; 
  • spécialiste du Cloud Computing : en tant que nouvelle tendance, le Cloud Computing consiste à stocker les données des entreprises sur le Web. Vous êtes donc en charge du stockage sécuritaire des informations ; 
  • expert en référencement : votre rôle est d’analyser les statistiques Web et de créer une stratégie de visibilité afin d’avoir un meilleur référencement sur le Web ;
  • technicien support informatique :  votre fonction principale est de trouver des solutions aux problèmes des utilisateurs. Vous vous chargez de prendre les appels des clients et de trouver des solutions pour répondre à leurs interrogations ; 
  • expert en sécurité informatique : vous travaillez dans la cybersécurité qui a pour objet d’anticiper, prévenir, analyser et anéantir les cybermenaces qui planent sur les entreprises ; 
  • traffic manager : vous organisez les stratégies webmarketing et créez les campagnes publicitaires afin d’accroître la visibilité et la rentabilité de votre entreprise ; 
  • chef de projet informatique : vos missions consistent à traduire les demandes des clients en solutions informatiques ;
  • ingénieur informaticien : vous gérez la conceptualisation, le développement et la maintenance de diverses applications numériques au sein de votre entreprise. 

La plupart des postes dans l’informatique sont des CDI (94 %) dont 69,1 % sont des cadres. En somme, les métiers dans l’informatique sont, la plupart du temps, des postes à responsabilité qui vous confèrent de belles perspectives d’évolution et de salaire. En France, le salaire moyen pour les emplois informatiques est de 27 500 euros brut par an. Innovant et multisectoriel, l’informatique est un domaine porteur.