Articles

La formation aux métiers du web

Community manager, développeur, rédacteur web, chargé de communication web, référenceur, web marketeur… les métiers du web sont très diversifiés. Formation actus vous fait un zoom sur les différentes manières de s’y former.

 

Des écoles du web

 

Il y’a 10 ans, les métiers du web avaient peu d’écoles qui y préparaient. De nos jours ces dernières ont de plus en plus tendance à se répandre. Outre le fait qu’elles offrent une grande légitimité aux professions du web, elles permettent également de les rendre plus attractives auprès des jeunes générations.

En moyenne ces écoles coûtent près de 15 000 euros pour trois ans de formation proposant généralement une dernière année en alternance. De quoi venir concurrencer les écoles de commerces.

L’EEMI (Ecole Européenne des métiers de l’Internet), créée par Marc Simoncini (Meetic), Jacques-Antoine Granjon (vente-privée.com) et Xaviel Niel (Free), est une école de l’internet qui constitue un véritable réservoir de talents pour le recrutement des trois  entreprises citées. Cette dernière fait partie des plus connues du fait de la notoriété de ses fondateurs et des entreprises qu’ils dirigent, même si on retrouve en tête de ces écoles Hetic, l’IIM Léonard de Vinci et Gobelins (selon le palmarès 2013 du Figaro). D’autres ont été créés récemment tel que la dynamique WIS (Web International School).

Des formations dans des écoles classiques

 

Les filières web des grandes écoles

Les grandes écoles de communication, de commerce, de management ou encore de publicité ont emprunté le virage de la communication digitale depuis déjà quelques années. Même si ce sont incontestablement des établissements de qualité, elles présentent toutefois l’inconvénient d’avoir des frais de scolarité assez élevés.

 

Les DUT ou BTS

Intégrer un DUT ou un BTS ouvre les portes à certains métiers du web.  Ce sont des parcours moins coûteux que les grandes écoles de commerce ou les écoles d’internet mais qui peuvent représenter une voie royale vers l’emploi, notamment s’ils sont complétés par une licence professionnelle ou un Master. Des BTS design graphique web ou multimédia en passant par les DUT développement web, il y’a une pléiade de choix.

 

Formation actus vous dit tout sur l’actualité des formations, vous permettant d’acquérir une expertise dans différents domaines.

Devenir un bon Webdesigner ?

Le Webdesigner conçoit le design graphique d’un site internet, plus précisément de la charte graphique. Il se situe au carrefour des fonctions de directeur artistique, d’infographiste et d’intégrateur web. Ses qualités sont le savoir-faire technique et les compétences créatives.

Un métier diversifié…

L’objectif d’un webdesigner est de séduire les futurs utilisateurs d’un site internet. Il conçoit et réalise les pages d’un site web. En fonction du désir du  client, du public visé, du marketing et des contraintes techniques, il crée des éléments graphiques. Ces dernières peuvent être des illustrations, des bannières ou encore des animations.

Sous la responsabilité du chef de projet ou du directeur artistique, le webdesigner met en place le cahier des charges du produit : ergonomie, arborescence, mode de navigation, identité visuelle et sonore… Il est également en charge du design des interfaces dédiées au e-marketing et au e-commerce.

Le webdesigner dessine, crée des maquettes et retouche des pages internet, mais il ne fait pas seulement qu’exécuter, il a une vision d’ensemble du produit final.

Le webdesigner, des qualités humaines…

Collaborant avec le chef de projet et le client, le webdesigner contrôle le travail des graphistes, des infographistes et des intégrateurs web.  Il doit donc non seulement être polyvalent et disposer de compétences à la fois techniques et artistiques. Il est également indispensable qu’il dispose d’atouts tel que la maîtrise des différents logiciels graphiques : Photoshop, Illustrator…  ou encore le maniement d’outils d’informations : XML, Javascript…

 

Curieux, innovant, organisé et rigoureux, le webdesigner sait travailler en équipe et gère la pression, car il sera amené à souvent la rencontrer. Après quelques années d’expérience, le webdesigner peut prétendre à un poste de chef de projet ou encore de directeur artistique.

 

3 formations iconoclastes pour améliorer son management

Une formation, ce n’est pas toujours être dans une classe et suivre ce que l’enseignant dit. Voici quelques manières originales et qui sortent du cadre institutionnel pour parfaire votre management.

Parler aux chevaux…

Le cheval est au cœur de cette formation. Toutefois, il n’y a aucun contact verbal avec ce dernier. La formation se penche sur trois thèmes : l’autorité dans le management, la communication non verbale et la coopération durable. L’observation se porte sur l’animal et ses réactions.

Profiter du silence…

Connaître son rapport au pouvoir, l’efficacité de son management, voilà tout objectif d’un bon dirigeant. Pour le savoir, il faut du temps et du calme. C’est pourquoi l’abbaye de Lérins, au large de Cannes, offre la possibilité de faire un séjour avec les moines de la communauté. Ceci s’inscrit dans le cadre d’une réflexion personnelle, d’une discussion avec des religieux et de bénéficier de moments silencieux.

Faire émerger l’entraîneur qui est en vous…

Comme un entraîneur, le manager doit savoir jouer différents rôles qui s’adaptent chacun à une situation particulière. Il doit savoir être tantôt le capitaine, tantôt l’équipier ou encore l’arbitre.

Une formation dont le nom est : « Développer les 4 atouts d’un manager de haut niveau », a été mise en place pour parvenir à lier ce qu’on apprend dans le sport avec ce qu’un manager doit mettre en pratique au quotidien. Celle-ci se déroule en salle avec un formateur qui met en situation des managers face à des comportements de sportifs.

 

Manager, c’est toujours être dans la recherche de la solution adéquate pour motiver, créer de l’adhésion, de l’enthousiasme. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à imaginer de nouvelles méthodes.

Que pensez-vous de ces formations qui sortent de l’ordinaire ?

 

Que faire après un bac ES ?

La filière ES offre une multitude de choix de formations après le bac : université, grandes écoles, prépas ou encore le DUT ou BTS.

L’université

Les bacheliers ES s’orientent le plus souvent vers les filières économiques, sociales et sciences humaines (histoire, géographie, sociologie et psychologie). Les formations littéraires et langues sont aussi des voies possibles.

  • Le droit

Le droit est une filière très sollicitée par les bacheliers ES. La charge de travail étant importante, les étudiants doivent se montrer assidus et rigoureux. Des spécialités tel que le droit public, privé, notarial et européen sont ouvertes aux étudiants. Ils peuvent aussi passer les concours de la fonction publique.

  • L’économie-gestion

Voie classique des bacheliers ES, cette filière offre une licence de Sciences Economiques (SE) et une licence Administration Economique et Sociale (AES). Elles préparent au marketing, au commerce, aux ressources humaines ou encore à la finance. Les universités proposant ces enseignements ne manquent pas, et les programmes peuvent présenter des différences d’une à l’autre.

  • Langues et Sport

La licence LEA (licence en arts appliqués) offre la possibilité d’apprendre une langue associée au commerce ou aux affaires. Cette filière permet ainsi de s’inscrire plus rapidement dans un environnement international.

Pour ceux qui sont férus de sport, les sciences et techniques des activités physiques (STAPS) représentent un débouché possible après un Bac ES.

Les Prépas

  • Les prépas littéraires

Ces classes préparatoires offrent des spécialisations en lettres et lettres sociales, et elle permettent de préparer les concours d’entrée aux grandes écoles de commerce, de communication, de journalisme ; à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) et aux Instituts d’Etudes Politiques (IEP).

  • Les prépas économiques et commerciales

Les Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles de Commerce préparent aux concours d’entrée aux grandes écoles de commerce. Ces écoles offrent des débouchés dans des domaines variés tel que le marketing, la finance, la gestion, et bien d’autres encore.

Les Instituts d’études politiques (IEP)

Il est possible d’intégrer les IEP de Province ou Science Po Paris directement après le bac ou après un bac+2. Ces instituts offrent des cursus de trois à cinq ans et s’ouvrent à des métiers dans la culture, la communication, les ressources humaines ou encore l’administration.

 

D’autres cursus peuvent être accessibles après un Bac ES. Ceux qui sont présents dans l’article sont les plus choisis par les étudiants de cette filière.

N’oubliez pas une chose ! Pensez à être épanouis dans ce que vous allez faire !

 

Les formations et coachings en ligne, un moyen efficace pour se former ?

La plus importante ressource de quelqu’un est lui-même, à travers ses compétences, sa personnalité, son envie… C’est pourquoi se former représente un enjeu primordial pour tout individu, qu’il soit encore en études (formation académique) ou en activité (formation continue).

La formation continue pour obtenir une certification ou un diplôme…

La question fondamentale que doit se poser une personne qui a pour objectif de suivre une formation est : « pourquoi choisir tel type de formation ? ». Si le but est d’obtenir une certification ou un diplôme, la formation professionnelle est alors la plus adéquate. D’autant plus qu’un système d’aide permettant de financer ce type de formation existe. Une chose difficile à obtenir pour la plupart des formations en ligne.

La formation « tutoriel » pour obtenir des compétences techniques…

Prenons l’exemple d’une personne qui souhaite créer un site internet. Pour cela, elle peut se procurer un livre, mais elle peut aussi suivre une formation complète, ce qui lui permettra d’obtenir des résultats pas à pas en toute autonomie.

En outre, ce type de formation a aussi l’avantage de :

  • disposer d’un service après vente : le formateur s’engage à suivre l’élève tout au long de la formation.
  • dynamiser le contenu : il est plus facile de naviguer sur un site internet en prenant des notes sur Word, ce qui n’est pas le cas avec un livre.
  • mettre en place des mises à jour : un site peut évoluer et ainsi être toujours d’actualité.

Le prix peut toutefois représenter un inconvénient, dans le sens ou ce type de formation sont souvent plus cher qu’un livre. Par conséquent, il faut être vigilant quant aux sites que vous choisissez.

Les web conférences pour obtenir des connaissances sur un sujet précis…

Les congrès, conférences et séminaires sont remplis en contenu, ils permettent de développer son réseau et ils donnent une énergie folle pour entreprendre par la suite.

Les coachings pour se booster et être accompagné…

Beaucoup de personnes se lancent dans le coaching via Internet. Celles-ci peuvent se faire de manière individuelle (une discussion Skype par exemple) ou en groupe. Cette méthode a l’avantage de ne pas entraîner des frais de déplacement.

A travers le coaching, le coach peut proposer des outils pertinents pour les problématiques que rencontre le « coaché », pour pouvoir ensuite l’accompagner dans l’atteinte de ses objectifs.

 

Et vous, quelle solution de formation choisiriez-vous ?