Assistant de publicité

Devenir Assistant de publicité/communication avec BTS en communication

La communication est une fonction liée à tous les secteurs d’activité et qu’on retrouve dans tous les types d’organisation. En effet, il existe un lien très étroit avec certains domaines tels que la publicité, le marketing et le management, ce qui offre de nombreuses opportunités pour les jeunes diplômés. Les universités et écoles en France proposent aux jeunes bacheliers des formations de courte durée en communication qui leur permettent d’accéder rapidement au monde du travail.

Le BTS communication est un diplôme post-bac qui se prépare en 2 ans et qui nécessite un stage pratique en entreprise pour être validé. La formation est beaucoup professionnalisante, elle prépare à la mise en œuvre des opérations de communication sous ses différentes formes (publicitaire, événementielle, relationnelle), dans le cadre de campagnes commerciales, institutionnelles, sociales ou publiques… Les débouchés du parcours sont aussi nombreux que variés. Découverte du métier d’Assistant de publicité/communication.

Zoom sur la profession d’Assistant de publicité/communication 

Le métier d’assistant publicité fait donc partie des nombreux débouchés d’un bts communication. C’est l’un des métiers très appréciés des jeunes diplômés dans le secteur. Concrètement, l’assistant en publicité est un professionnel qui aide l’équipe de publicité en charge de la préparation d’une campagne de publicité ou de communication. Il a pour tâche d’établir un cahier des charges à partir d’une commande reçue, tout en suivant des consignes claires, avant  de faire un devis une fois la planification des étapes de réalisation du projet terminée, ainsi que la prévision du matériel nécessaire et l’estimation des coûts de chaque opération. Il collecte, actualise et organise toutes les informations relatives à un projet, les diffuse sur des supports dédiés et procède enfin à leur archivage. Aussi, l’assistant en publicité/communication participe à la création d’un avant-projet, à l’élaboration des supports de communication virtuels ou physiques et de la maquette qui sera proposée au client. Cela peut être un logo, un décor, un mail, un texte et il s’assure que la réalisation correspond bien à l’idée de base. Enfin, Il assure le suivi et la diffusion de l’outil créé.

Ce qu’il faut à un Assistant de publicité/communication pour réussir ses missions

Retenons qu’il s’agit là d’un métier assez passionnant qui nourrit très bien son homme, puisque les salaires, variables d’une entreprise à une autre, sont toujours intéressants, même pour les débutants.

Toutefois, c’est un métier assez exigeant qui demande beaucoup de qualités, aussi bien sur le plan professionnel qu’humain. L’Assistant de publicité/communication doit par exemple maîtriser à la perfection les outils bureautiques et des logiciels spécialisés dans la publicité. Aussi, il doit être en mesure d’aller à la pêche à l’information et disposer d’un bon esprit de synthèse pour conserver les données les plus utiles. Outre, son excellente capacité de rédaction, son bilinguisme ou encore sa connaissance de l’univers de la communication et du marketing, il doit être un fin négociateur, disposer d’un excellent relationnel, prévoyant et surtout à l’écoute de ses collaborateurs. C’est le secret de la réussite en communication, dit-on.

Cyber Sécurité

Expert en sécurité informatique : un profil rare très sollicité

S’il y avait un métier réservé aux génies, ça serait bien celui de la sécurité informatique. Le secteur du numérique est loin d’être un monde sécurisé, il y a toujours un risque de piratage, d’espionnage ou de sabotage dans un monde de l’entreprise où l’information est la clé de tout. Pour se mettre à l’abri et minimiser les risques d’exposition, les entreprises font recours au service d’un expert en sécurité informatique, un métier de plus en plus demandé surtout dans un contexte concurrentiel où tous les coups sont permis. Zoom sur l’un des profils les plus sollicités actuellement par les entreprises.

Les prérequis pour devenir expert informatique

Une carrière d’expert en sécurité informatique, ça se prépare depuis le lycée par le choix d’une orientation scientifique car les cursus informatiques sont réservés aux bacheliers scientifiques et techniques. Alors, si vous désirez un jour jouir d’une carrière dans la sécurité informatique, soyez surtout assidu dans les disciplines scientifiques. En plus, l’expertise informatique est un cursus qui se prépare généralement au niveau bac+5, et l’accès à ces masters est conditionné à l’obtention d’un bac+3 correspondant.

Les formations pour devenir experts en sécurité informatique

Un diplôme de niveau bac+5 est le minimum requis par les entreprises pour un poste de responsable de sécurité informatique. Actuellement, il existe des parcours bac+5 en Sécurité de Système informatique avec des masters spécialisés ou professionnels disponibles au niveau des universités, des écoles de commerce, des écoles d’ingénierie ou des établissements de formations en informatique. Toutefois, il faut bien s’informer car rares sont les écoles qui offrent les spécialités en cyber sécurité.

Débouchés et perspectives professionnelles

Avec la complexification des systèmes informatique et l’avancée de la cybercriminalité, la cyber-sécurité est devenue un enjeu stratégique et concurrentiel chez les entreprises. Et actuellement plusieurs secteurs font recours  aux experts informatiques. Parmi les secteurs qui allouent les plus grands budgets à la sécurité informatique il y a l’armée, le secteur informatique, les entreprises pharmaceutiques, la télécommunication, l’administration, le renseignement, etc. Avec un salaire brut de près 2 800 euros, les experts informatiques font partie des cadres les mieux payés.

formation permis poids lourd

Devenir chauffeur poids lourd : tout savoir sur le permis C

Plusieurs catégories de permis de conduire ont été instaurées par l’Etat dans le but de classer les conducteurs, et surtout dans l’objectif de limiter les dangers sur les routes. Si le classique revient à la catégorie B, la conduite d’un poids lourd destiné aux transports de biens et de marchandises requiert la possession d’un permis C. Mais en quoi consiste exactement ce permis C ?

Le permis C, c’est quoi ?

La conduite d’un poids lourd qui sert à véhiculer les biens et les marchandises d’un point à un autre, nécessite un permis C. Cette catégorie s’adresse uniquement aux véhicules ayant un PTAC allant au-delà des 3 500 kg, avec ou sans remorque de moins de 750 kg. Pour une remorque dont le poids total autorisé en charge excède le 750 kg, un permis CE est exigé.

L’utilisation du permis B a été élargie suite à la loi Macron qui stipule que les détendeurs de cette catégorie peuvent conduire les appareils et les véhicules forestiers et agricoles. Quoique la vitesse ne doit pas aller au-delà des 40 km/h. Les utilitaires font pareillement partie des véhicules que les possesseurs de permis B peuvent conduire.

Sa validité

Le permis C est valide pendant une certaine durée :

  • 12 mois pour les seniors de 76 ans et plus
  • 24 mois pour les gens âgés de 60 à 76 ans
  • 5 ans pour les individus de moins de 60 ans

Lorsque son expiration approche, son renouvellement s’impose. Pour ce faire, une demande doit être instruite auprès de la préfecture. Afin d’éviter les éventuels soucis, cette demande doit être faite bien avant l’expiration de la validité.

Les conditions relatives à l’obtention d’un permis C

Pour prétendre au permis C, les critères suivants doivent être respectés :

  • être titulaire du permis B
  • être âgé de 21 ans, ou plus

Outre le respect de ces conditions, un examen médical, réalisé par un médecin collaborant avec la préfecture, s’impose également. Toutefois, la condition relative à l’âge peut être dérogée pour ceux qui suivent une formation professionnelle. Le permis C1 est accessible à ces apprentis dès l’âge de 18 ans.

Les examens à passer

Les candidats doivent réussir les épreuves de code, mais aussi des examens « en circulation » et « hors circulation ». La réussite aux épreuves du code est obligatoire sauf pour ceux qui les ont déjà passées récemment, c’est-à-dire que le précédent examen a eu lieu depuis moins de 5 ans. Elle n’est plus nécessaire pour les titulaires d’un permis de conduire de moins de 5 ans.

L’épreuve hors circulation, elle consiste en un test oral, en une vérification de la sécurité, en un test écrit et en un parcours sur plateau. Chaque opération et chaque réponse sont notées. Au minimum, 16 points doivent être obtenus pour pouvoir continuer à l’examen suivant.

Quant à l’épreuve en circulation, elle revient à vérifier le savoir-faire du candidat lorsqu’il est au volant, et aussi sa façon d’appréhender chaque situation.

secteur de l’environnement

Le secteur de l’environnement : ces métiers qui sauvent la planète

Le secteur de l’environnement, celui de l’écologie et du développement durable, sont en plein essor dans un monde qui devient de plus en plus responsable face aux enjeux climatiques. L’expansion du secteur a occasionné la création d’un grand nombre de métiers au sein des entreprises pour les accompagner à gérer les nouveaux défis auxquels elles font face. En plus, les différentes concertations internationales sur le climat ont adopté des résolutions strictes concernant la responsabilité des entreprises d’où la création d’un nombre important de métiers autour de l’environnement et de sa protection. Tour d’horizon des métiers de l’environnement…

Un secteur d’activité en pleine expansion

Selon le Parisien Etudiant, 450 000 personnes travaillent actuellement dans les nombreux secteurs de l’environnement qui couvrent l’énergie, le traitement des déchets, la construction, la production industrielles, etc. Cependant, c’est le secteur de l’énergie (avec les ingénieurs et les techniciens d’application des normes internationaux) et celui du traitement des déchets et des eaux usées qui recrutent le plus. Les demandes concernent généralement tous les niveaux de diplôme, du CAP au master en passant par le BTS et le Bachelor, etc.

Une demande variée en fonction des secteurs d’activité

Toutefois, les besoins varient considérablement en fonction du secteur d’activité. Ainsi, le secteur de la construction recherche surtout des profils spécialisés dans l’économie énergétique et les solutions d’énergies renouvelables. En ce qui concerne les collectivités locales, c’est une demande qui porte plus sur les techniciens de traitement de déchets, d’assainissement, de recyclages et des spécialistes d’aménagement de territoires verts. Enfin, pour les institutions nationales et les organismes internationaux, c’est surtout un besoin d’experts en gestion et protection de la nature, des consultants pour le maintien de la biodiversité et de l’écosystème qui est le plus formulé.

La France regorge de nombreuses écoles spécialisées dans la formation de ces profils responsables. Vous en aurez une bonne sélection au détour des recherches sur Internet, par exemple.

manager d'entreprise

La gestion d’entreprise, un métier qui fait toujours des émules

Le gestionnaire est au cœur de l’entreprise, la réussite des activités de la boîte dépend considérablement de ses décisions et de son savoir-faire. Il est chargé d’organiser les ressources matérielles et humaines de l’entreprise afin d’atteindre les objectifs fixés avec le plus d’efficacité et d’efficience possible. Pour les étudiants qui rêvent d’évoluer dans le vaste domaine de la gestion d’entreprise, certaines informations sont importantes à savoir. Focus sur le métier de gestionnaire d’entreprise : principales missions, tâches, formation, salaire, les avantages du poste.

Les principales missions d’un manager d’entreprise

Les principales missions d’un manager d’entreprise peuvent se résumer en quatre mots :

  • La planification : c’est lui qui conçoit les objectifs à atteindre, les délais et les moyens nécessaires pour les réalisations afin de mieux évaluer l’efficacité de ses actions et des activités de l’entreprise,
  • L’organisation : il organise les équipes de travail, coordonne les tâches et donne les directives, met en place une atmosphère favorable qui permet la bonne communication entre les équipes pour un pilotage optimisé,
  • La direction : après avoir fixé les objectifs, le manager doit diriger et motiver ses équipes afin de les atteindre efficacement, les forme et communique continuellement avec elles,
  • Le contrôle : c’est la supervision pour veiller à ce que tout soit fait bien et à temps. Le contrôle fait partie des plus anciennes fonctions d’un manager.

La formation à suivre pour devenir manager d’entreprise

Pour devenir gestionnaire d’entreprise, une formation de cadre bac+3, bac+4 ou bac+5 dans le domaine de la gestion/management est impérative. La formation gestion d’entreprise est accessible dans les universités, cependant les diplômes des écoles de commerce sont plus appréciés par les recruteurs.

Les avantages et salaire d’un manager d’entreprise

Etre à la tête d’une entreprise, gérer les hommes et les équipes est une expérience de grande responsabilité, de défis et de dépassement unique. Cependant, il s’agit de l’un des postes cadres les mieux payés avec environ 60 000 euros par an et une marge variable selon les objectifs et le chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise.

business developer manager

Commerce : quand la tendance est au Business developer manager

Dans le contexte économique actuel, le pôle de commercialisation et de développement est le cœur de toute activité de l’entreprise dont le premier objectif est la réalisation de profits. Dénicher de nouvelles opportunités, démarcher de nouveaux clients, permettre de nouvelles ouvertures tant sur le plan national qu’international, voici quelques défis majeurs que les startups ont bien compris et qu’elles utilisent pour changer le monde. Nouvel environnement, nouveaux défis et … nouvelles compétences dont celles du business developer manager, une catégorie de commerciaux de haut niveau formés pour faire face aux défis de développement des activités d’une entité économique.

L’expert commercial d’aujourd’hui et demain

Plus qu’un commercial et très proche d’un ingénieur commercial, le business developer manager est plutôt chargé de trouver de nouveaux leviers de croissance pour une entreprise. La croissance qu’il vise peut concerner le chiffre d’affaire, la part de marché, l’environnement de travail, etc. Il est avant tout un entrepreneur et constitue une véritable force d’innovation au service de l’entreprise qui l’embauche. C’est également une force de proposition non négligeable sur les questions marketing, économiques, de positionnement, de production et bien d’autres, afin de permettre une meilleure maîtrise du marché et du secteur d’activité.

Un métier d’avenir dont la valeur est connue des entreprises

Ayant compris l’intérêt d’un tel profil pour la pérennité des entreprises, de nombreuses écoles de commerce proposent des cursus business developer manager débouchant sur des diplômes bachelor ou master de spécialisation qui confèrent généralement des titres certifiés. Le contenu des formations tournent essentiellement autour des cours approfondis de marketing et de gestion de projets commerciaux avec un accent particulier sur la pratique, la professionnalisation, le développement d’un esprit innovant et de la culture de l’entrepreneuriat. En somme, c’est un métier d’avenir qui commence sérieusement à intéresser les entreprises qui accordent au débutant des salaires pouvant atteindre 2 900 euros avec une possibilité d’évolution de carrière très rapide.

Retour sur le métier de l’actuaire

On l’appelle souvent technicien de l’assurance, l’actuaire est doué en mathématiques, statistiques et probabilités. Il est par excellence le partenaire idéal pour les agences d’assurance pour qui il travaille le plus souvent. Son objectif : permettre de satisfaire les assurés et par la même occasion aider son entreprise à faire des bénéfices.

Continue reading “Retour sur le métier de l’actuaire” »

Professeur des écoles

Professeur des écoles

Une bonne dose de patience, de dynamisme, de sens de la pédagogie… le travail du professeur des écoles est une vocation. Responsable des enfants âgés de 3 à 11 ans, le professeur des écoles joue un rôle important dans le parcours académique d’un élève, vu que c’est lui qui l’aide à développer les connaissances de base mais aussi des normes de comportement en classe.

Ses missions

Le travail du professeur des écoles ne s’arrête pas à la salle de classe, et les périodes de vacances ne sont pas chômées. Durant le temps scolaire, il a plusieurs missions. Il n’enseigne pas moins de sept matières, proposées à des enfants de 3 à 11 ans, souvent agités, voire turbulents : lecture, écriture, maths, histoire-géographie, langue vivante, sport… Aussi, il effectue la gestion de sa classe, en veillant à ce que les élèves puissent tous étudier dans le calme, et dans un environnement bénéfique à l’apprentissage. Pendant la récréation et la pause déjeuner, il surveille et encadre les élèves. En dehors de son temps de présence à l’école, le week-end et pendant les vacances scolaires, il doit aussi corriger les copies des élèves, préparer les leçons futures et de plus en plus souvent, remplir un cahier de texte en ligne. Sa patience et sa qualité pédagogique lui permettent de réussir dans ses missions.

Comment être un professeur des écoles ?

Pour exercer le métier de professeur des écoles, il faut d’abord décrocher un bac général (littéraire, scientifique, ou économique et social), ensuite valider un master. En effet, le niveau de recrutement des enseignants des premiers et seconds degrés est porté à ce niveau d’études universitaire. Ce diplôme est ainsi obligatoire pour passer l’un des concours suivant menant à la fonction : CRPE, CAPES, CAPET, CAPEPS. A noter que certains masters ont pour option « enseignement » : cela permet de réaliser des stages d’observation et de pratique accompagnée (en 1ère année de master) et des stages en responsabilité dans des classes (en 2e année de master).

 

Crédit photo : ouestfrance-emploi

l’ingénieur logiciel en informatique

Le métier de l’ingénieur logiciel en informatique

L’informatique ? Un domaine réservé uniquement aux personnes qui savent bricoler ? Ce temps est depuis longtemps révolu, surtout lorsque l’on parle du métier d’ingénieur logiciel en informatique, qui, travaillant au sein d’un service du numérique ou à son propre compte, conçoit et réalise des logiciels informatiques pour des utilisateurs spécifiques, particuliers ou entreprises.

Comment travaille-t-il ?

L’ingénieur logiciel se voit confier toutes les responsabilités liées au développement du produit. Avant la conception du produit, il étudie le besoin du client et analyse les tâches qui seront exécutées sur l’ordinateur. Ensuite, il rédige un cahier des charges fonctionnel, puis technique et constitue une maquette du logiciel. Une fois le cahier des charges validé, il passe à la programmation : il utilise alors des outils et des méthodes informatiques d’aide à la production de logiciel. Après avoir réalisé le projet, il teste d’abord le logiciel conçu avant la livraison.

Pour réussir dans ses missions, en plus des connaissances acquises au cours de sa formation, l’ingénieur logiciel doit développer une capacité forte à se bâtir une discipline personnelle pour agir avec maturité et expérience. Il doit aussi avoir la capacité à travailler en équipe, à planifier et à gérer des projets, sans oublier l’ouverture, la créativité et le sens critique.

Comment devenir ingénieur logiciel ?

Pour devenir un ingénieur logiciel, il faut nécessairement suivre une formation générale et technique de haut niveau, pour décrocher au moins un diplôme bac+5. À l’université, certaines licences d’informatique ouvrent l’accès à des masters proposant des spécialisations en génie logiciel. A titre d’exemple, l’Université Paris Diderot et celle de Marne-la-Vallée proposent respectivement le master professionnel mention informatique spécialité ingénierie des algorithmes et des programmes, et le master pro mention informatique spécialité ingénierie informatique.

En école d’ingénieurs, de nombreux établissements, à l’image de l’ENSEA, l’ISTY ou l’ISPG offrent une orientation principale en génie logiciel.

 

Crédit photo : onisep

Métier de l’environnement : Ingénieur du contrôle du bruit

De plus en plus de Français souffrent du bruit qui agresse leurs oreilles quotidiennement: bruit de circulation, musique, avion, travaux, train… La pollution sonore devient un problème environnemental de plus en plus important. C’est pourquoi l’ingénieur du contrôle du bruit est chargé de les limiter au maximum.

Continue reading “Métier de l’environnement : Ingénieur du contrôle du bruit” »