architecte d’intérieur

Les jeunes d’aujourd’hui et le métier de l’architecte d’intérieur

Le métier d’architecte d’intérieur n’est plus à présenter aujourd’hui. Grâce aux émissions télé qui font intervenir des professionnels de ce métier, les jeunes ont eu l’occasion de découvrir la beauté du métier et à quoi une architecture d’intérieur peut servir. En effet, de manière superficielle, l’on peut dire que l’architecte d’intérieur s’occupe de l’aménagement des espaces publics ou privés, en jouant sur les volumes et les couleurs. C’est une profession très appréciée par les jeunes intéressés par le domaine de l’architecture et qui désirent associer à leur créativité, la maîtrise des techniques dans le domaine pour faire ressortir du beau dans le but de satisfaire la clientèle. Mais, comment accéder au secteur d’activité ? Focus.

Une panoplie de formations accessibles

Suivre une etude d’architecte d’interieur vous conduit vers un domaine assez diversifié qui touche à plusieurs secteurs, dans l’industrie, le commerce, l’informatique industrielle, le BTP ou encore l’urbanisme. Les débouchés professionnels sont aussi nombreux que réels, des opportunités se présentent chaque année, en quantité importante.

Cursus et programme d’architecte d’intérieur

Pour rappel le métier d’architecte et différent de celui d’architecte d’intérieur. Si le premier nécessite des formations et parcours spéciaux, il n’y a pas un diplôme obligatoire pour exercer le métier d’architecte d’intérieur. Ci-dessous quelques formations proposées dans les écoles dédiées à l’architecture intérieure :

  • BTS design graphique ;
  • BTS arts appliqués ou art plastique ;
  • BTS design d’espace ;
  • Bachelor en décoration ou architecture d’intérieur ;
  • Bachelor urbanisme ;
  • Licence pro architecture d’intérieur ;
  • Master design ou architecture d’intérieur ;
  • Diplôme supérieur d’art…

Quelques métiers accessibles après des études d’architecture d’intérieur

On le répète, les débouchés sont très variés après les études dans le domaine de l’architecture intérieure. Les diplômés issus de ce parcours peuvent prendre aux métiers suivants :

  • concepteur de décors dans l’audiovisuel ;
  • responsable de la scénographie dans des événements ;
  • chef de projet pour une collectivité : aménagement d’école, bibliothèque, etc. ;
  • décorateur pour les particuliers ;
  • agenceur de cuisine ;
  • étalagiste ;
  • responsable d’une exposition et de son aménagement…

Cependant, pour ceux qui souhaitent devenir chef de projet, il faudra aux candidats au minimum un diplôme national ou un DSSA (équivalent de bac+4/5), qui permet d’acquérir les compétences fondamentales de la gestion, la finance, le management, etc.

mécanicien automobile

Le BTS en alternance pour travailler dans la maintenance

Selon les derniers chiffres de l’Insee, 284 100 postes supplémentaires ont été créés en France sur un an, soit une hausse de 1,2%. Mais certains secteurs, comme la maintenance, éprouvent des difficultés à recruter. En effet, les jeunes ne sont pas assez nombreux à s’orienter vers la maintenance, alors que la filière a besoin de 1 500 postes. Dans un secteur qui a encore beaucoup d’avenir, être passionné de mécanique ne suffit pas. Le secteur a besoin de jeunes motivés, qui veulent acquérir de nouvelles compétences. Focus !

La maintenance : un emploi d’avenir

Un cursus en alternance offre deux fois plus de chance en matière d’insertion professionnelle. L’alternance se révèle même indispensable pour les métiers très techniques, comme celui de la maintenance, qui nécessite l’acquisition d’un geste professionnel.

Dans le domaine des services automobiles, 43 % des recrutements concernent les métiers de la maintenance (technicien, mécanicien, manager de l’après-vente, réceptionnaire) ; 12 % les fonctions administratives (secrétaires, comptables) ; 10 % la carrosserie ; 8 % la vente (conseiller commercial, chef des ventes) ; 4 % les métiers du magasinage et de la pièce de rechange et accessoires notamment.

Les perspectives de recrutement en alternance

Les bts en alternance de la branche garantissent une très bonne insertion professionnelle, et pour cause. Ces parcours, préparés en alternance, ouvrent la voie vers tous les métiers de la filière : technicien expert après-vente automobile, vendeur confirmé automobile, etc. D’ailleurs un grand nombre de jeunes sont embauchés par l’entreprise où ils suivent leur formation.

Le secteur automobile compte près de 140.000 entreprises : constructeurs, concessionnaires, équipementiers, garages, distributeurs de pièces, etc. Renault prévoit par exemple de recruter 2.000 apprentis en 2017, un nombre en hausse par rapport 2016. Depuis 2014, on observe une augmentation soutenue de nombre des effectifs dans le secteur automobile, y compris dans la maintenance du véhicule industriel et de la carrosserie automobile. Le nombre d’apprentis lui aussi augmente et devrait atteindre 22.000 en 2017. L’alternance poursuit son développement au sein des autres filières également, de la communication au commerce-marketing, en passant par le management, la gestion d’entreprises, la comptabilité, la finance, etc.

Devenir gestionnaire de paie

Le gestionnaire de paie tient un rôle important dans l’organisation des ressources humaines et de l’entreprise de manière plus globale. En collaboration avec l’ensemble des salariés, c’est également le spécialiste des questions administratives liées à la gestion du personnel. En plus de collecter, analyser et traiter les données sociales, il a une mission de conseil de premier ordre. Zoom sur un poste où le besoin en personnel est avéré.

La professionnalisation de l’alternance

Issu généralement d’un Bac ES ou S, l’étudiant sera admis après étude de dossier, entretien, et bien souvent des tests. S’il n’existe pas de diplôme à proprement parlé « Gestionnaire de paie », plusieurs parcours permettent d’accéder au métier, essentiellement de type Bac+2 ou 3 : BTS comptabilité-gestion, DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA), ou encore licences professionnelles ou cursus universitaires filière Administration économique et sociale.

Des écoles spécialisées comme l’IGEFI (http://www.igefi.net/Formations/Filiere-Paie-et-Social/GPS), permettent de suivre des parcours en alternance, offrant ainsi des profils déjà opérationnels, plébiscités par les futurs recruteurs. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un contrat d’alternance aboutisse à une embauche.

Un poste évolutif aux missions variées

Lors du cursus choisi, l’étudiant apprendra à réaliser une paie, mais bien d’autres compétences sont également acquises à cette occasion : gestion des déclarations sociales, gestion administrative du personnel, droit du travail, suivi des questions sociales… Ainsi bien sûr que la maîtrise des logiciels de paie, outils indispensables au déroulé de l’activité.

Le gestionnaire de paie aura également l’opportunité d’effectuer une fois en activité d’autres missions comme la rédaction de fiche de poste ou de contrat de travail, le suivi des absences et des congés, la gestion des déclarations sociales et des documents réglementaires, entretien des relations avec les organismes sociaux (retraite, mutuelle…), veille sur la législation… Avec de l’expérience, le gestionnaire de paie pourra évoluer en tant que responsable de paie, responsable de ressources humaines, auditeur de la gestion sociale, chargé de formation, et d’autres postes selon s’il exerce en cabinet comptable ou en entreprise.

salon-alternance

Salon de l’apprentissage et de l’alternance à Lyon, Rennes et Grenoble les 21 et 22 février

Suite à notre article sur la difficulté de trouver une alternance, voici une des solutions possibles pour mieux se préparer et s’informer sur ce mode de formation.

Trois salons vous ouvrent leurs portes les 21 et 22 février prochains à Lyon, Rennes et uniquement le 22 février pour Grenoble.

Une occasion pour mieux vous familiariser avec le milieu et même trouver une alternance puisque plusieurs professionnels, entreprises et écoles seront présentes, et avec des offres s’il vous plaît !

Qu’est ce que ce salon peut vous apporter ?

Tout d’abord, ces salons réuniront tous les spécialistes de l’alternance et de la formation professionnelle, ainsi que des entreprises.
Un avantage à saisir afin de bénéficier de conseils adaptés à votre profil, à condition de ne pas faire le/la timide…
De plus, c’est une manière efficace de se tenir au courant des formations accessibles et des secteurs dynamique en ces temps de crise.

Des conférences thématiques et des ateliers sont mis en place durant les deux jours.
Entre autre, vous pouvez participer à des ateliers de coaching, CV et conseil en orientation.
Mieux encore ! Vous aurez la possibilité de déposer vos candidatures au sein même du salon. Des offres de recrutement en apprentissage seront à votre disposition.

Vous l’aurez deviné, il est préférable de venir armé de plusieurs CV et motivé.

Informations pratiques :

Lyon

Au palais du Commerce, 20 rue de la Bourse, les 21 et 22 février de 10h à 18h.
Pour plus de détails sur les conférences : http://www.letudiant.fr/etudes/salons/salon-apprentissage-lyon.html

Rennes

Au Parc des expositions de Rennes Aéroport, Hall n°3, la Haie-Gautrais, 35170 Bruz. Les 21 et 22 février prochains de 10h à 18h.
Pour plus de détails sur les conférences : http://www.letudiant.fr/etudes/salons/salon-de-l-apprentissage-et-de-l-alternance-de-rennes.html

Grenoble

Au congrès Espace Dauphine, niveau 1, Avenue d’Innsbrûck, 38034 Grenoble cedex 02.
Pour plus de détails sur les conférences : http://www.letudiant.fr/etudes/salons/theme-alternance-apprentissage.html

Pour plus d’informations sur la formation en alternance, c’est par ici : http://formation-actus.fr/difficile-de-trouver-une-place-en-alternance/

alternance

Difficile de trouver une place en alternance

L’alternance permet de faire prendre en charge les frais de formation souvent élevés dans les écoles privés par l’entreprise qui accueille l’apprenant.
La formation en alternance a l’avantage d’être rémunérée (cela correspond souvent à une rémunération comprise 55% et 100% du smic) et d’allier ainsi théorie en centre de formation et pratique en entreprise.

Une belle alternative pour ce qui veulent apprendre vite et être mis en situation en entreprise et aussi une source de revenu permettant de financer tout ou parti de sa vie d’étudiant salarié.

Quelques chiffres* bons à savoir

– 1400 diplômes/titres sont accessibles par la formation en alternance.
– Environ 80 % des contrats alternance débouchent sur un emploi durable.
– 616 000 alternants en 2012.
– 87.7% des alternants ont entre 16 et 25 ans, la majorité diplômée du Baccalauréat.
– 78.8% des recrutements s’effectuent au sein du secteur tertiaire.
– 13.7% dans l’industrie.
– 6.8% dans la construction.
– 0.7% pour l’agriculture et la pêche.

Une galère bien réelle

En vue des avantages non négligeable qu’offre la formation en alternance. Les candidatures sont alors très nombreuses. Beaucoup de demandes et peu d’offres !

À savoir que les deux tiers des alternances s’effectuent au sein de TPE et PME, celles-ci sont de plus en plus réticentes à signer les contrats. Malgré les avantages du contrat, certains sont frileux par rapport à leur bilan financier.

Pire encore ! Les recruteurs sont de plus en plus pointilleux. Ils exigent un travail de professionnel et savent faire jouer de la concurrence entre les écoles pour sélectionner l’élève le plus tatillon.

La course à l’emploi s’effectue de plus en plus tôt, et la difficulté à arriver à la formation tant espéré est souvent difficile, de quoi en décourager plus d’un …

Pourtant, de nombreux établissements ou organismes peuvent vous épauler dans la recherche d’un contrat.

Des pistes

Le portail de l’alternance. Cette bourse d’emploi permet d’accéder à des offres de contrats d’apprentissage et de professionnalisation dans divers métiers et dans toute la France
Pôle emploi collecte et diffuse de nombreuses offres de contrat en alternance, consultables sur son site, dans la rubrique « Les contrats en alternance ».

Pensez aussi aux Missions locales, au PAIO (Permanences d’accueil, d’information et d’orientation), au CIJ (Centres d’information jeunesse) et bien sur aux sites spécialisés !

La CCI proche de chez vous a un point alternance, ceci peut être une bonne pioche.

L’AFIJ (Association pour faciliter l’insertion des jeunes diplômés) propose des offres. De plus, elle organise des rencontres avec des entreprises et délivre de précieux conseils pour vous aider dans votre recherche.

Certains conseils régionaux proposent sur leur site Internet une bourse régionale de l’apprentissage.

Des sociétés de travail temporaire proposent aussi des contrats en alternance.

Faites nous part de vos expériences personnelles et de vos conseils à propos des formations en alternance.

* Sources : http://www.alternance.fr/
http://www.pepites-alternance.com/